Protection de l'environnement en Colombie

La jeunesse au service de la forêt tropicale

Surnommées les poumons de notre planète, les forêts sont essentielles pour la biodiversité et la survie de tous les êtres vivants, dont l’humain. En Colombie, un projet dans la région tropicale de Sucre vise à sensibiliser les communautés indigènes à leur environnement, afin de vivre en harmonie avec la forêt et protéger cet espace vital.

En bref

Pays, région:
Los Palmitos, Toluviejo et Morroa, département de Sucre, Colombie
Durée:
Février 2022 – février 2024
Bénéficiaires:
1700 personnes
Budget total du projet:
276'809 CHF

But

Les femmes, les hommes et les jeunes sont sensibilisés à leur environnement. Ils utilisent et exploitent les ressources naturelles de manière durable, ce qui favorise la mise en place d’entreprises vertes et la conservation de la forêt tropicale sèche dans trois municipalités de Sucre.

La forêt tropicale sèche de Colombie compte parmi les forêts les plus riches du monde; elle abrite 2600 espèces de plantes, 230 espèces d’oiseaux et 60 mammifères différents. Sa capacité à réguler les sources d’eau locales et stocker d’énormes quantités de CO2 en fait un atout majeur pour la biodiversité comme pour les habitant-e-s de la région. Néanmoins, cette ressource précieuse est en danger. Outre les monocultures qui appauvrissent les sols et l’extraction sauvage de calcaire et de sable, des grandes quantités d’arbres sont abattues. «Beaucoup de paysannes et paysans ont pour habitude de couper les arbres qui les gênent, pour favoriser l’élevage ou parce que ces arbres peuvent amener des parasites. Cela a créé une dégradation sans précédent de l’écosystème dans la région de Sucre», explique Adriana Martinez, spécialiste de l’environnement chez SWISSAID Colombie.

Pour protéger cet espace vital, SWISSAID mise sur la jeunesse. Aux enfants et adolescents, le projet propose des promenades en forêt pour les sensibiliser à leur milieu de vie, doublé de campagnes, jingles et vidéos pour la protection de l’environnement diffusés sur les réseaux sociaux. Outre la sensibilisation, le projet a impliqué les jeunes dans la mise en place de pépinières afin de restaurer des espèces indigènes et reboiser la forêt. Ce travail a déjà permis de réintroduire une cinquantaine d’espèces natives dans la région et a pour but d’atteindre l’introduction de 24’000 plants d’arbres par mois.

Le projet a su faire naître chez les jeunes de Sucre un engouement pour leur territoire, leur patrimoine et l’environnement en général. Au sein de l’école «Bosque seco tropical», les jeunes suivent le processus de germination, de la semence à l’arbuste, et apprennent à reconnaître les espèces et leurs bénéfices. Grâce à ce savoir, ils réalisent la richesse de leur environnement. A l’instar de Cristian Pérez, un jeune bénéficiaire: «Ce projet a complètement changé ma vie. Je ne savais pas à quel point il était important de prendre soin de notre forêt tropicale sèche. Maintenant, je partage mes connaissances avec d’autres. Je travaille pour un meilleur environnement – cela me rend heureux et plein d’espoir.»

Je travaille pour un meilleur environnement – cela me rend heureux et plein d’espoir.

Cristian Pérez, participant au projet de reboisement de la forêt tropicale

Cette prise de conscience est le premier pas essentiel à la conservation de l’environnement. «Car lorsqu’on ne connait pas, on ne peut ni aimer, ni prendre soin», explique Adriana Martinez. Pour tirer le meilleur de ces connaissances, le projet propose également des formations continues en création et gestion d’entreprise durable. Les habitant-e-s peuvent ainsi investir dans leur propre communauté et diminuer l’exil des hommes et des jeunes vers les centres urbains. La nature est ainsi protégée, et les communautés assurent leur durabilité.

Votre don compte

Le paysan en Équateur. La mère de famille au Niger. Le garçon au Myanmar. La femme en Colombie. La famille en Tanzanie. L'homme au Tchad. La jeune fille en Inde. Le père en Guinée-Bissau. La paysanne au Nicaragua. Ils bénéficieront tous de votre don.