Pétrole au Tchad

Un or noir qui bénéficie au plus grand nombre

Le sol tchadien a beau regorger de pétrole, sa population reste une des plus pauvres au monde. Dans ce pays d’Afrique centrale, SWISSAID appuie plusieurs organisations de la société civile dans leur engagement pour une meilleure répartition des revenus de ce secteur et dans leur travail de plaidoyer en faveur des jeunes et des femmes.

En bref

Pays, région:
Logone oriental, Logone occidental et Mandoul
Durée:
Octobre 2019- Décembre 2024
Bénéficiaires:
688'349 habitant-e-s, dont 354'320 femmes, et 10 organisations de la société civile
Budget total du projet:
928’277 CHF

But

Ce projet a pour but de développer des actions de renforcement des capacités d’actions des organisations de base (OB) et des Organisations de la société civile (OSC) spécialisées dans les industries extractives pour qu’elles s’impliquent dans les prises de décisions et la gestion des revenus pétroliers au niveau local, provincial et national. Il vise également à une amélioration des mécanismes de compensations et d’indemnisations des populations et veut davantage intégrer les jeunes et les femmes comme bénéficiaires à part entière.

De l’or noir coule sous le sol tchadien, pourtant sa population n’en tire guère profit. En effet, malgré l’exploitation de cette richesse depuis une quinzaine d’années, le pays stagne en queue de peloton du classement mondial de l’indice de développement humain: il occupait le 186e rang sur 189 en 2010. Neuf ans plus tard, il a même reculé d’une place. Pauvreté, systèmes de santé et de formation défaillants, accès à l’eau non garanti: les défis sont nombreux.

Présente depuis 1965 au Tchad, SWISSAID y soutient actuellement six projets de partenaires dont un consacré aux industries extractives. Objectif: que les revenus du pétrole permettent d’améliorer le quotidien des Tchadiennes et des Tchadiens, particulièrement celles et ceux qui vivent à proximité des zones de production dans les zones rurales.

Concrètement, SWISSAID appuie quatre* organisations et réseaux locaux qui œuvrent pour une meilleure répartition et utilisation des recettes du pétrole dans le Logone Oriental, le Logone Occidental et le Mandoul.

Un des objectifs de SWISSAID au Tchad est que les revenus du pétrole permettent d’améliorer le quotidien des Tchadiennes et des Tchadiens, particulièrement celles et ceux qui vivent à proximité des zones de production dans les zones rurales.

Des pipelines au milieu de la misère

Jusqu’ici, «ce sont essentiellement les grands centres urbains et des régions peu densément peuplées qui ont maigrement bénéficié des retombées de ce secteur», explique Diamnda Merci Memhodjim, chargée de programme renforcement de capacités de la société civile et recherche de financement local de SWISSAID Tchad. Ce sont dans ces endroits que quelques écoles et dispensaires ont vu le jour alors que les riverains des sites d’exploitation de pétrole écopaient de pipelines, de lignes à haute tension et de carrières non fermées où s’accumulent eaux de pluie et moustiques vecteurs de paludisme.

Autre bémol: l’opacité des indemnisations et des compensations versées par les entreprises pétrolières aux communautés locales. Sur le terrain, on constate un manque d’équité dans leur distribution, notamment entre les hommes et les femmes.

Les habitant-e-s aux environs des sites d’exploitation de pétrole écopaient de pipelines, de lignes à haute tension et de carrières non fermées où s’accumulent eaux de pluie et moustiques vecteurs de paludisme.

Par le biais de ce projet, SWISSAID s’attelle à soutenir ces organisations dans leur travail en faveur des communautés riveraines. Nos partenaires ne ménagent pas leurs efforts en vue d’harmoniser les compensations et encouragent une utilisation durable des indemnisations. Une attention particulière est portée aux femmes «car nous savons qu’elles réinvestiront l’argent reçu en faveur de la famille», poursuit Maxime Nadjirambaye Nelngar, chargé de programme senior, plaidoyer, industries extractives et appui à la société civile de SWISSAID Tchad.

Plaidoyer et émissions radio

Comment ces organisations agissent-elles concrètement sur le terrain? En accompagnant les populations locales, parfois peu instruites, dans leur travail de plaidoyer face aux entreprises pétrolières et en dénonçant les mauvaises pratiques. Mais également en organisant des initiations à la mise en place de petits projets agricoles financés par les revenus de l’or noir, en rencontrant les familles et les chefs traditionnels pour leur expliquer le rôle capital des femmes et des jeunes dans le développement local, au travers de «causeries éducatives», ou encore en participant à des émissions radiophoniques sur les initiatives et les réalisations des femmes.

Des revenus et des droits

Informer les populations tchadiennes sur leurs droits face aux exploitations pétrolières et encourager des utilisations durables des indemnisations des populations; ce sont les deux grands objectifs du projet. Aidez-nous!

Pour Marc Ummel, responsable des matières premières chez SWISSAID, «ce projet est particulièrement intéressant car il s’engage en faveur d’une meilleure redistribution de la manne pétrolière et appuie les riverains pour défendre leurs droits face aux multinationales».

Associé à notre investissement de longue date en faveur des petits-es paysan-ne-s du Tchad, ce projet peut contribuer à améliorer le quotidien de sa population. Et mettre un terme à la douloureuse «malédiction des matières premières».

 

*L’Entente des Populations de la Zone Pétrolière (EPOZOP); l’Association des Jeunes Tchadiens de la Zone Pétrolière (AJTZP); le Réseau des Organisations de la Société Civile (ROSOC) et la Coalition tchadienne «Publiez Ce que Vous Payez-Publiez Ce que Vous Gagnez» (PCQVP-PCQVG).