Au Tchad, une compagnie pétrolière chinoise provoque un désastre environnemental

Au Tchad, une compagnie pétrolière chinoise provoque un désastre environnemental

Les autorités tchadiennes suspendent les activités d’une compagnie pétrolière chinoise pour “violation des normes environnementales”. Des organisations de la société civile, appuyées par SWISSAID, montent au créneau pour demander aux autorités d’aller encore plus loin. 

La China National Petroleum Corporation (CNPC), active dans l’exploitation du pétrole au Tchad depuis 2009, est accusée par les autorités tchadiennes d’avoir pollué un site dans la region de Koudalwa, dans le sud du pays, en déversant du pétrole brut en pleine nature. Le 12 août 2013, le gouvernement décidait de suspendre toutes ses activités.

Intensifier les contrôles

Dès l’information connue, l’organisation GRAMP/TC, engagée depuis plusieurs années en faveur d’une gestion transparente des revenus pétroliers et du respect des normes environnementales, a salué “une décision courageuse et responsable”, qui met en lumière “les pratiques peu orthodoxes” de certaines compagnies pétrolières, qui foulent aux pieds les lois nationales de préservation de l’environnement. Par la voix de son coordonateur Gilbert Maoundonodji, le GRAMP/TC encourage le ministre tchadien du pétrole et de l’énergie à “intensifier les contrôles sur le terrain” et se réjouit que les nombreux appels de la société civile allant dans ce sens soient entendus.

Les dégâts constatés sur le terrain

Le 27 août 2013, c’est au tour de la CPPN, la Commission Permanente Pétrole de N’Djamena, de tenir une conférence de presse, de retour d’une mission effectuée du 20 au 22 août sur le champ pétrolier de Koudalwa, pour constater les dégâts. Parmi les recommandations adressées aux autorités tchadiennes figure la révision des clauses du contrat avec la compagnie CNPC, mais également celles de toutes les compagnies extractives exerçant au Tchad, parmi lesquelles la société suisse Glencore, dont le siège se trouve à Zoug.

SWISSAID apporte un appui au GRAMP/TC et au CPPN, qui mènent un important travail de plaidoyer pour que les revenus du pétrole servent à améliorer les conditions de vie de la population tchadienne.