Société civile

Seule une société civile forte et déterminée est capable de défendre les droits des populations spoliées. C'est pourquoi SWISSAID soutient l'acquisition et le renforcement de compétences de ses organisations partenaires : groupes de femmes, associations payannes ou encore groupes de pression.

Dans la plupart des pays du Sud, des organisations issues de la société civile s'engagent pour les droits de larges couches de la population. Elles les défendent si l'économie privée et l'Etat agissent contre leurs intérêts et exigent que les gouvernements accomplissent les tâches qui sont de leur compétence. SWISSAID encourage la création d'organisations de base, d'associations, de groupes d'intérêt et la mise en réseau d'organisations non gouvernementales sur les plans local, régional et national. Seule une société civile forte est en mesure de promouvoir et de défendre les droits des populations lésées.

Au Tchad, devenu depuis octobre 2003 pays exportateur de pétrole, des organisations de la société civile se sont développées avec le soutien de SWISSAID pour devenir des partenaires à part entière consultés par l'Etat, les grands groupes pétroliers et la Banque mondiale. Elles s'investissent afin que les populations déplacées bénéficient d'un dédommagement approprié et que les bénéfices du pétrole soient investis dans le développement du pays.

En Inde, des milliers de petits paysans ont été expulsés de leurs terres, devant être évacuées pour permettre l'extraction des richesses naturelles du sous-sol ou la coupe de bois à des fins commerciales. SWISSAID soutient la création d'associations locales et d'organisations non gouvernementales afin de lutter en faveur du droit à la terre, d'un dédommagement équitable des populations déplacées et de nouvelles sources de revenu.

En Colombie, les entreprises de biotechnologie, en intelligence avec les organes étatiques, les universités, l'agro-industrie et les médias, introduisent des plantes génétiquement modifiées sans demander leur avis aux petits paysans. Et elles font pression afin de les imposer aux organisations indigènes et afro-colombiennes. SWISSAID soutient ces organisations dans leur lutte pour introduire, sur le plan communal, des zones exemptes de génie génétique, pour faire respecter leur droit à la cogestion et préserver leurs semences de la contamination génétique.

 


  • Violence envers les femmes: se marier ou souffrir

    Violence envers les femmes: se marier ou souffrir

    Une étude met en lumière les violentes pratiques dont sont victimes les femmes en Guinée-Bissau. Le mariage forcé n'est qu'un exemple parmi tant d’autres du poids des traditions dans certaines cultures. Pourtant, les lois nationales et les déclarations conjointes des chefs religieux et traditionnels donnent l'espoir d'une amélioration.
  • La mutilation génitale est une réalité qui affecte la santé des femmes

    La mutilation génitale est une réalité qui affecte la santé des femmes

    Les personnes qui sont victimes de mutilations génitales pendant leur enfance en subissent les conséquences toute leur vie. Au Tchad, cette violation des droits de l'homme se pratique sous couvert de la tradition. SWISSAID s'engage à lutter sur deux fronts: sensibiliser la population et prendre soin des victimes.
  • Une cohabitation apaisée entre communautés

    Une cohabitation apaisée entre communautés

    Dans le sud du Tchad, la cohabitation de la population avec des milliers de réfugiés et de «retournés» génère de vives tensions. Les actions de l’APLFT, soutenue par SWISSAID, contribuent à les apaiser et à résoudre les conflits entre les communautés.