Redonner de l’espoir aux jeunes

En Colombie comme ailleurs, les jeunes aspirent à voler de leurs propres ailes. Difficile dans un contexte économique sinistré. SWISSAID fournit conseils, formation et capital de départ à des jeunes pour les aider à bien démarrer dans la vie.

Elkin pose fièrement avec son épouse, sa fille de 4 ans et ses jumelles de 3 ans devant une impressionnante quantité d’ignames fraîchement récoltées. Tout va bien en ce moment pour ce père de 29 ans. Sur 3 hectares poussent des piments, du maïs et divers tubercules. Le rêve de construire une maison en bois pour sa famille va devenir une réalité  : « Je n’ai jamais ménagé ma peine, j’ai travaillé dur et mis de côté l’argent obtenu par la vente de nos produits », explique ce paysan. Mais malgré son ardeur au travail, Elkin n’en serait vraisemblablement pas là aujourd’hui s’il n’avait pas reçu un coup de pouce ponctuel : la situation économique est en effet extrêmement difficile pour les jeunes dans la commune colombienne de Colosó. 

Pas d’emplois pour les jeunes, livrés à eux-mêmes 

Englobant les communes de San Antonio de Palmito et de Colosó, le département de Sucre fait partie des régions les plus pauvres de Colombie. La ré- gion a souffert de conflits violents, ainsi que d’un trafic de drogue international. La jeunesse représente une partie importante de la population, mais les possibilités de trouver un emploi manquent cruellement  : 73% des 17 à 29 ans n’ont pas d’emploi digne de ce nom, seuls 5% ont un travail fixe. Les possibilités de se former sont également rares. De nombreux jeunes tentent de survivre comme marchands ambulants ou comme aides ménagers – sans aucune sécurité sociale ou financière. La tentation est grande de rejoindre un gang pour gagner rapidement de l’argent en s’adonnant à des activités illégales.

Des activités génératrices de revenus pour les jeunes 

 

Mais Elkin a tout fait pour éviter de sombrer dans la délinquance. A 25 ans, plein de dynamisme, il a contacté l’organisation partenaire de SWISSAID qui démarrait un programme visant à encourager de jeunes entrepreneurs de la région. Elkin a bénéficié d’un conseil professionnel en entreprise et de plusieurs crédits allant de 170 à 200 francs. Grâce à des semences, à un moteur pour la mise en place d’un système d’irrigation et à une canalisation d’eau, lui et sa famille sont aujourd’hui en mesure d’irriguer leurs champs, d’obtenir ainsi de bonnes récoltes, et de pratiquer la pisciculture dans le réservoir d’eau. En février 2017, afin de permettre à encore davantage de jeunes de bénéficier d’un tel appui, SWISSAID a démarré une collaboration avec une nouvelle organisation partenaire locale : Microempresas de Colombia, une structure engagée depuis près de 20 ans aux cô- tés de jeunes et d’adultes pour mettre sur pied des activités génératrices de revenus, y compris, désormais, dans la région des Caraïbes. 

Des retombées pour l’ensemble de la communauté

En étroite collaboration avec Microempresas de Colombia, SWISSAID apporte un appui à 195 jeunes, filles et garçons, pour les aider à acquérir des compé- tences professionnelles, au sein d’une entreprise ou en tant qu’indépendant. Environ un millier de femmes, d’hommes et enfants profitent directement ou indirectement des mesures mises en œuvre par le projet, qu’on peut résumer comme suit :

  • Une orientation professionnelle dispensée à 60 jeunes gens leur permet d’identifier le secteur dans lequel ils peuvent le mieux utiliser leurs talents
  • SWISSAID aide à prendre contact avec des employeurs potentiels, propose un encadrement pour rédiger des dossiers de candidature et prépare aux entretiens d’embauche par des exercices de communication
  • Grâce au dialogue avec des accompagnateurs spécialisés, 100 jeunes peuvent découvrir s’ils ont le bagage nécessaire pour mener leur propre microentreprise
  • Dans le cadre de séminaires, ils apprennent à développer leurs propres idées d’activités commerciales ; 60 d’entre eux reçoivent un appui pour formuler leur plan d’activités
  • 35 jeunes gens ayant déjà créé leur microentreprise bénéficient d’un encadrement sur le plan personnel et professionnel, pour que leur entreprise génère rapidement des bénéfices
  • L’accent est aussi mis sur les compé- tences sociales – et pas seulement professionnelles – le développement de la personnalité et le renforcement de l’estime de soi des jeunes arrivant sur le marché du travail
  • Les jeunes femmes sont spécialement encouragées, car elles ont moins de possibilités que les hommes d’accéder au marché de l’emploi
  • Les jeunes gens sont sensibilisés à des thèmes portant sur l’égalité entre les hommes et les femmes • Les groupes de jeunes s’engagent sur le plan politique et font des propositions pour que leurs activités entrepreneuriales soient facilitées dans le plan de développement local

Un nouveau modèle familial 

Le fait que ces jeunes puissent générer leurs propres revenus et subvenir à leurs besoins est l’un des aspects importants du projet. La sensibilisation à l’égalité entre les hommes et les femmes favorise une gestion commune des revenus. « J’ai beaucoup appris en matière de gestion et de comptabilité, mais j’ai également évolué sur le plan personnel, témoigne Elkin. Ma femme et moi vivons une relation d’égal à égal. Nous travaillons tous deux aux champs, nous occupons les deux de nos enfants et partageons l’argent. Le modèle familial de nos parents n’a plus sa place chez nous. »