Promesse pour un développement global durable rompue

Le 20 nov. 2015. La Commission des finances du Conseil national a accepté des coupes de plus de 115 millions de francs dans la coopération au développement. Elle empêche ainsi un engagement sérieux de la Suisse pour un développement global durable dans le cadre de l‘Agenda 2030. Les organisations d’aide au développement et environnementales critiquent les coupes prévues. 

Lors d’une conférence de presse, la Commission des finances du Conseil national a informé aujourd’hui de ses délibérations sur le budget 2016 de la Confédération : Elle a accepté les coupes prévues par le Conseil fédéral de plus de 115 millions de francs dans la coopération au développe¬ment. Elle contredit ainsi la décision de 2008 du Parlement de consacrer annuellement 0,5% du revenu national brut à l’aide au développement. 

Fin septembre 2015, la Suisse et tous les pays membres de l’ONU ont adopté, à New York, l’Agenda 2030. Ce dernier fixe, via 17 objectifs pour un développement durable, un cadre politique mondial qui tient compte des trois dimensions de la durabilité: sociale, environnementale et économique. La Suisse s’est fortement engagée pour que cet agenda voie le jour. Aux objectifs classiques de la coopération au développement (lutte contre la pauvreté, formation, santé), s’ajoutent des exigences environnementales centrales (protection des écosystèmes, biodiversité, etc.). Ces tâches supplé¬mentaires exigent des moyens supplémentaires. C’est seulement ainsi que la Suisse pourra démon¬trer qu’elle prend au sérieux la mise en œuvre de l’Agenda 2030.

Avec ces coupes claires, la Suisse perd sa crédibilité sur la scène internationale. Pour Alliance Sud, BirdLife Suisse, Greenpeace, Pro Natura et WWF Suisse, ces coupes sont inacceptables.  

Pour d’autres informations: