«Paris Match», le président du Niger et l’uranium

«Paris Match», le président du Niger et l’uranium

Le poids des mots, le choc des photos. Dans l’édition de Paris Match de la semaine dernière, le président du Niger Mahamadou Issoufou prend la pose avec deux de ses enfants, juste avant un article très people sur Charlotte de Monaco. «Le président du Niger aide la France dans sa lutte contre Aqmi mais attend qu’on paie son uranium plus cher», résume l’hebdomadaire. «Nous sommes derniers parmi les pays de la planète pour la richesse par habitant et pour l’espérance de vie, alors que nous produisons de l’uranium. C’est un scandale, lit-on dans l’interview accordée à Paris Match par le président du Niger. Donc, il faut rééquilibrer le partenariat que nous avons avec Areva.»

Partenariat énergétique et militaire

Le président du Niger est un grand communicateur, qui accorde volontiers des interviews à des médias étrangers et internationaux dans lesquels il explique son souhait de tirer un meilleur prix de l’uranium dont son pays est l’un des principaux producteurs. Mais aussi de son engagement aux côtés de la France pour lutter contre le «terrorisme», tout en confirmant la présence de drones américains à Niamey, la capitale, lesquels mènent régulièrement des opérations de renseignement au Mali voisin. Ainsi que celle de commandos de forces spéciales françaises qui sécurisent les mines d’uranium exploitées par la société Areva, dont la production alimente les centrales nucléaires de l’Hexagone.

Insécurité dans la région

Le Niger se retrouve désormais au cœur de la tourmente, avec, à l’ouest, le Mali en guerre contre les djihadistes, au nord, la Libye en plein chaos, au sud, le Nigeria et sa secte Boko Haram, ses enlèvements et ses attentats meurtriers. C’est dans cet environnement difficile que des organisations de la société civile nigérienne continuent à lutter en faveur d’une gestion transparente des revenus de l’uranium, mais aussi de l’or et
désormais du pétrole, que le Niger exploite depuis fin 2011.

La société civile du Niger s'engage

Lors d’un récent passage en Suisse pour participer à une conférence sur la transparence dans le secteur des matières premières, Ali Idrissa, le responsable du ROTAB, un réseau d’organisations nigériennes mobilisées sur ces questions, avait plaidé pour que les richesses du sous-sol nigérien servent réellement à améliorer les conditions de vie de la population. Et n’avait pas hésité à établir un lien entre une jeunesse désœuvrée, sans aucune perspective professionnelle, et son enrôlement au sein de groupes d’extrémistes ou de trafiquants.

Plus de tranparence

Il faut relever le courage de ces réseaux d’organisations de la société civile nigérienne, tels que le ROTAB et le GREN, lesquels, dans un environnement particulièrement difficile, luttent avec courage pour que leurs concitoyens sortent de la pauvreté extrême à laquelle ils semblent condamnés, en dépit de la richesse de leur sous-sol. A l’instar du président Mahamadou Issoufou dans Paris Match, ces réseaux plaident en faveur d’une renégociation des contrats miniers, souvent conclus au total détriment du Niger. Ils dénoncent également la persistance d’une gestion opaque de ces revenus, même si la nouvelle Constitution du Niger, élaborée en 2010, mentionne désormais expressément en son article 149 la nécessité d’une exploitation et d’une gestion des ressources naturelles et du sous-sol dans la transparence.

Marchandage à Niamey

Les ressources naturelles du Niger sont en tout cas de plus en plus convoitées. Après la Chine, omniprésente au Niger dans le secteur du pétrole, et dans une moindre mesure de l’uranium, l’Iran faisait le mois dernier une entrée fracassante, avec la visite officielle du président iranien Ahmadinejad, qui a fait part de son intérêt pour le «yellow cake» nigérien. Pris en étau entre sa coopération avec la France et les Etats-Unis dans la lutte contre le djihadisme et sa volonté de tirer un meilleur prix des richesses du sous-sol de son pays, le président Mahamadou Issoufou évolue sur une corde raide. Tout comme les organisations de la société civile, qui continuent à faire entendre courageusement leur voix, pour faire avancer la cause de la démocratie et de la transparence dans leur pays.

Article de Catherine Morand, paru dans le Courrier du 10 mai 2013.