SWISSAID mise sur la responsabilisation

SWISSAID mise sur la responsabilisation

La souveraineté alimentaire joue un rôle prépondérant dans les programmes de SWISSAID, notamment dans les neuf pays où la DDC travaille à nos côtés. Par exemple en Colombie, où SWISSAID soutient la petite paysannerie dans la défense de ses terres et propose des alternatives à la monoculture de l'huile de palme.

Les familles de paysans de Brazuelo de Garzal en Colombie ont de graves soucis. Depuis quelques années, on assiste à une multiplication des plantations de palmiers pour la production de carburant agricole, qui couvrent maintenant plus de 2500 hectares autour de la petite ville de Simiti, au cœur de la Colombie.

Avec l’aide de SWISSAID, l’organisation paysanne Asproal a décidé de contre-attaquer. Asproal défend les droits des paysans devant la loi et permet aux familles d’obtenir des crédits abordables, par exemple pour cultiver du cacao ou mettre sur pied une petite boulangerie.

Le projet de Simiti reflète bien le travail de SWISSAID. Loin de vouloir donner des recettes toutes faites, cette œuvre d’entraide aide les organisations locales à trouver leurs propres solutions et à les réaliser. Pour SWISSAID, la sécurité alimentaire passe par la souveraineté alimentaire, c’est-à-dire le droit des nations et des communautés locales à définir leur propre politique agricole et alimentaire, dans le respect des conditions écologiques, économiques et culturelles locales. SWISSAID a pour priorité de favoriser l’agriculture biologique et la diversité des semences, et lutte contre la propagation des technologies génétiques et la production de carburant agricole.