SWISSAID recommande de voter "non" à "No Billag" le 4 mars 2018

Pour SWISSAID, la SSR joue un rôle important dans le débat citoyen sur la coopération au développement dans les différentes régions linguistiques. En tant qu'organisation de la société civile, la fondation SWISSAID pour la coopération au développement se prononce contre l'initiative "No Billag" et recommande de voter "non" le 4 mars.

Le dimanche 18 février, à 19h20, la Radio Télévision Suisse propose un reportage sur SWISSAID dans le cadre de l'émission "Ensemble", qui sera également diffusée sur la SRF et la TSI. L'émission met l'accent sur un projet en Tanzanie qui permet à des paysans analphabètes d'obtenir - via le smartphone mis à leur disposition -  des conseils d'experts pour résoudre des problèmes tels qu'une invasion d'insectes dans leurs champs. Un projet passionnant qui donne d'excellents résultats, élaboré en collaboration l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ).

Une information citoyenne et indépendante

Cet exemple illustre comment SWISSAID, à l'instar d'autres organisations de la société civile suisse, collabore avec la SSR pour rendre compte auprès du public suisse, dans les 3 langues nationales, de son travail sur le terrain, de ses succès comme des difficultés rencontrées. La Fondation suisse pour la coopération au développement n'aurait pas les moyens financiers de payer une publicité sur une chaîne privée pour faire connaître ses activités dans les pays en développement. "Il est important que la coopération au développement, qui contribue à trouver des solutions durables aux problèmes internationaux, soit traitée par les chaînes de télévision nationales et fasse l'objet de débats", estime Caroline Morel, directrice de SWISSAID.

La RTS contribue à la formation de l’opinion publique suisse, de manière indépendante et neutre. SWISSAID ne verse aucune contribution pour l’émission "Ensemble". Les représentants des médias relatent les faits de manière indépendante et objective. Une démocratie qui fonctionne correctement a besoin d'une telle plateforme pour débattre des questions sociales et politiques. Il est donc nécessaire de disposer de journalistes compétents relayant des informations de toutes les régions et dans toutes les langues et présentant leurs sujets sous un angle critique. Or, des fournisseurs privés ne sauraient offrir des prestations aussi vastes et approfondies que celles habituellement proposées par les professionnels de la SSR.

En tant qu’organisation de la société civile, SWISSAID se prononce donc contre l'initiative «No Billag». Avec nous, votez "non" le 4 mars 2018 !