Le jatropha au centre de la politique énergétique indienne

Le jatropha au centre de la politique énergétique indienne

En Inde, les plantes choisies pour la production d’éthanol et de biodiesel sont principalement la canne à sucre et le jatropha. L’état projette de consacrer onze millions d’hectares de terre pour la production de jatropha uniquement. Cette noix a, selon le gouvernement, l’avantage de ne pas entrer en concurrence avec la culture de denrées alimentaires puisqu’elle pousse sur des sols arides.

Mais ces sols dits «incultes» sont indispensables à la population qui les utilisent pour y faire paître leur bétail, pour y récolter du bois ou des plantes potagères. De plus, la culture de jatropha n’est rentable que si la plante est bien irriguée et fertilisée. L’eau est précisément une denrée rare et précieuse dans les régions choisies pour sa culture. Comme cela s’est passé ailleurs, la production de jatropha sur de grandes étendues représente une menace pour la population, laquelle est contrainte de quitter des terres qu’elle utilisait de manière communautaire auparavant.

Dans l’Etat de Chattisgad, où SWISSAID travaille avec des organisations locales, le gouvernement a consacré des millions d’hectares à la production de jatropha. Parmi lesquels se trouvent également des forêts décrites comme des « terres incultes ». Les paysans sont fortement encouragés à se lancer dans cette nouvelle aventure, avec, à la clé, la mise à disposition de semences meilleur marché voire mêmes gratuites. Des peuples indigènes, avec lesquelles l’organisation partenaire de SWISSAID travaille à Chattisgad, sont également touchés par les plans du gouvernement.

Jusqu’à présent, ils ont su se protéger de la culture du jatropha afin de protéger la forêt, une ressource vitale pour eux. Ces communautés indigènes, soutenues par SWISSAID, luttent pour avoir un droit de propriété sur ces terres qui leur permettent de nourrir leur famille. Ainsi que le droit d’exploiter la forêt où elles vivent depuis des temps immémoriaux. Cette lutte des peuples indigènes pour le droit à la terre est rendue de plus en plus difficile en raison des projets d’extension massive de la culture du jatropha mis en place par le gouvernement.

Image: WIki Media