Journée de mobilisation contre les OGM et Monsanto

Journée de mobilisation contre les OGM et Monsanto

Discours de Marguerite Contat, présidente de l'Association SWISSAID Genève, à l'occasion de la Journée de mobilisation contre les OGM et Monsanto à Genève, le 19 octobre 2013.

L’Association SWISSAID Genève se réjouit de cette manifestation genevoise qui apporte sa pierre à la mobilisation de millions de personnes en mai et octobre contre Monsanto et les OGM.

Les protestations des ONG n’auront malheureusement pas suffi! Il y a deux jours, le vice-président de Monsanto, l’une des fondatrices de Syngenta et le président du lobby pro-OGM auprès de l’Union européenne, se sont vus attribuer le Prix mondial de l’Alimentation. Ce prix remis chaque année a pour objet de couronner des personnes qui ont contribué à améliorer la qualité, la quantité et l’accès à la nourriture dans le monde. Cette décision de récompenser 3 représentants du génie génétique est une honte, un affront et une farce !

  • C’est une honte pour les millions de petits paysans qui se battent quotidiennement pour défendre leurs cultures et leurs semences!
  • C’est un affront aux agriculteurs acculés par les dettes et les politiques concentrationnaires des états et gouvernements, en particulier les 284’000 paysans qui se sont suicidés en Inde depuis 1995, avec l’introduction du coton Bt.
  • C’est une farce pour le monde scientifique indépendant qui depuis des années développe une autre approche de l’agriculture, respectueuse des être humains et de l’environnement.

Je pense aux experts de la CNUCED, dont le scientifique suisse R. Herren, prix Nobel alternatif, qui dans leur rapport du 19 septembre ont lancé un coup de semonce brutal en faveur d’un changement drastique des politiques agricoles: «Réveillez-vous avant qu’il ne soit trop tard. Les monocultures et les méthodes agricoles industrielles ne fournissent pas assez de nourriture abordable tout en causant des dommages environnementaux croissants et non viables ! Il est urgent de changer d’orientation!», nous disent-ils en résumé.

SWISSAID milite aux côtés de Stop OGM et des ONG qui sont convaincues que le génie génétique est irresponsable d'un point de vue tant social, économique qu'écologique. Cette conviction est le résultat d’observations menées depuis des années sur les terrains africain, américain, asiatique et européens.

  • Qui dit génie génétique, dit concentration de capitaux et de la production entre les mains de quelques entreprises agroalimentaires (Monsanto, Syngenta, …)
  • Qui dit génie génétique, dit brevets sur les semences et spoliation des paysans, qui se trouvent privés de conserver, produire et échanger leurs propres semences. Ces paysans perdent dès lors toute autonomie et nombre d'entre eux sombreront dans la spirale de l'endettement.
  • Qui dit génie génétique, dit utilisation intensive de produits chimiques, érosion du sol et enfin  disparition de la biodiversité, qui à son tour aggravera la faim dans le monde.

Le génie génétique n’est pas une solution, c’est une partie du problème de la faim.

En cette journée de mobilisation, je souhaiterai partager les messages suivants :

  1. Les intérêts des grosses multinationales agro-alimentaires ne sont pas conciliables avec les objectifs de réduction de la faim dans le monde. Nous savons que la terre produit aujourd’hui assez de calories pour nourrir 14 milliards d’individus et que l’agriculture biologique prouve tous les jours qu’elle peut vaincre la faim durablement, préserver la climat, tout en augmentant la productivité et générant des revenus. Plaidons pour une agriculture respectueuse des êtres humains et de l’environnement. Nous disons non aux OGM!
  2. Les initiatives des grosses multinationales se multiplient pour adouber le génie génétique. L’exemple du prix mondial de l’alimentation l’illustre. La Nouvelle Alliance pour la sécurité et la nutrition promue par le G8, l’Alliance pour une nouvelle Révolution verte en Afrique (AGRA) sont autant de chevaux de Troie de ces multinationales dans le cœur de la gouvernance des états et des marchés intérieurs, particulièrement en Afrique. En Europe et en Suisse, nous ne sommes pas à l’abri de ces manœuvres. Soutenons donc ici et là-bas les communautés paysannes dans leur lutte pour la souveraineté alimentaire, le droit d’une population, d’une région ou d’un pays à définir ses politiques agricole et alimentaire.

En nous mobilisant aujourd’hui contre les Monsanto, Syngenta et autres Nestlé, nous nous mobilisons en faveur du respect des paysans, de l’environnement et des générations futures. Nous nous mobilisons pour la régulation des échanges et la transparence des entreprises et des flux financiers.

Nous nous mobilisons finalement en faveur de la dignité humaine contre la voracité du capital, en faveur de la raison contre l’imposture!

Je vous remercie!