Niger: Aperçu du programme et des projets


  • Les semences locales, « une garantie pour l’avenir »

    Les semences locales, « une garantie pour l’avenir »

    Au Niger, les sociétés internationales imposent de plus en plus leurs semences coûteuses sur le marché - et aux agriculteurs. Mais ces derniers ne désespèrent pas : les nombreuses variétés de semences des étals de la bourse d'échange de semences de Niamey sont la marque d’un futur haut en couleur.
  • Des puits pour les Hommes et les bêtes

    Des puits pour les Hommes et les bêtes

    En partenariat avec les autorités de la commune d'Abala au Niger, SWISSAID a réalisé un ambitieux projet de creusement de puits et de gestion communautaire de ces puits. Les défis furent nombreux, mais pas insurmontables.
  • De l'eau potable sous le pied

    De l'eau potable sous le pied

    Dans le Département de Téra, situé dans la bande sahélienne du Niger, SWISSAID a mis sur pied un ambitieux projet de forages de puits d'eau potable et de sensibilisation à l'hygiène, au profit des populations paysannes de la région.
  • Trois chèvres et un bouc changent l’avenir

    Trois chèvres et un bouc changent l’avenir

    Les conditions de vie des familles d'agriculteurs du sud-ouest du Niger sont particulièrement difficiles. Le changement climatique, la rareté de l'eau et la déforestation s'ajoutent aux pauvres outillages agricoles et endiguent la pauvreté de ces populations. L'élevage de chèvres constitue un capital de départ pour sortir de la misère.
  • Des latrines qui coulent de source

    Des latrines qui coulent de source

    Le 19 novembre est la Journée mondiale des toilettes. Dans les pays pauvres, les installations sanitaires sont rares et les conséquences dévastatrices. C’est pourquoi, les dons sont destinés à la construction de latrines et de systèmes d’approvisionnement en eau potable. Cela donne aux femmes et aux enfants davantage de temps et d'énergie pour travailler et apprendre et permet d’améliorer la santé de tous.
  • Beaucoup de travail, peu de droits

    Beaucoup de travail, peu de droits

    Au Niger, les femmes luttent courageusement pour obtenir leur indépendance financière, contribuer aux dépenses du ménage, et faire valoir leurs droits, y compris sur la terre qu'elles cultivent.
  • Une variété de mil remise au goût du jour

    Une variété de mil remise au goût du jour

    Dans la région d’Abala au Niger, pays sahélien, la population manque de tout, mais lutte avec courage pour s’en sortir. Par exemple en se remettant à cultiver, grâce à l’appui de SWISSAID, une variété de mil locale qui avait été oubliée, et qui donne d’excellents résultats.
  • Les conséquences de l'extraction d'Uranium

    Les conséquences de l'extraction d'Uranium

    Le 18 octobre au Plais Eynard de Genève, l'association SWISSAID Genève a organisé une table ronde réunissant des acteurs locaux et internationaux sur le thème: "Le nucléaire en Europe, à quel prix? Les conséquences sanitaires de l'extraction de l'uranium sur les populations du Sud." Un débat fort et engagé, levant le voile sur de nombreuses injustices sociales et environnementales peu connues.
  • Le nucléaire en Europe, à quel prix?

    Le nucléaire en Europe, à quel prix?

    Le 18 octobre au Plais Eynard de Genève, l'association SWISSAID Genève a organisé une table ronde réunissant des acteurs locaux et internationaux sur le thème: "Le nucléaire en Europe, à quel prix? Les conséquences sanitaires de l'extraction de l'uranium sur les populations du Sud." Une soirée animée soulevant de nombreuses questions et incompréhensions face aux agissements de grandes entreprises, en présence d'intervenants de qualité et d'un public engagé.
  • Pénurie d’eau au Niger: où est le prochain puits?

    Pénurie d’eau au Niger: où est le prochain puits?

    Des températures élevées, un sol aride, 90'000 femmes, hommes et enfants et seulement 208 points d’eau, dont plusieurs défectueux ou taris: la situation ne peut être que préoccupante. SWISSAID s’engage sur le terrain pour garantir l’accès à l’eau dans 21 villages.
  • Un ingénieux système de «crédit-stockage» favorise l’essor des villages

    Un ingénieux système de «crédit-stockage» favorise l’essor des villages

    Les petits producteurs nigériens doivent le plus souvent vendre leur récolte à prix cassé, dans l’incapacité qu’ils sont de la stocker et d’attendre que les prix remontent. Le «warrantage», ou «créditstockage», leur permet d’en tirer un meilleur revenu, tout en recevant sans délai de l’argent comptant comme fruit de leur labeur.