SWISSAID favorable à une prolongation du moratoire sur les OGM

SWISSAID favorable à une prolongation du moratoire sur les OGM

Berne/Lausanne, le 28 août 2012. Les résultats du Programme national de recherche 59 (PNR59) «Utilité et risques de la dissémination des plantes génétiquement modifiées» confirment, aux yeux de SWISSAID, les effets pervers de la culture de plantes génétiquement modifiées ainsi que la nécessité de reconduire le moratoire sur les OGM jusqu’en 2017. Il s’agit là d’un signal important pour les communautés paysannes qu’elle appuie dans leur lutte pour défendre la diversité de leurs propres semences.

SWISSAID estime que les résultats du Programme national de recherche 59 (PNR 59) remettent clairement en cause l’utilité des OGM pour l’agriculture et les consommateurs en Suisse, et relève clairement les problèmes générés par la culture de plantes génétiquement modifiées, tant sur le plan écologique, agronomique qu’économique. SWISSAID est donc favorable à une reconduction du moratoire sur les OGM jusqu’en 2017.

Ces résultats confortent par ailleurs la pertinence des actions de SWISSAID dans les pays du Sud, puisque la Fondation suisse pour la coopération au développement appuie des initiatives d’associations paysannes en Afrique, en Asie et en Amérique latine qui visent à valoriser leurs propres semences; tout en luttant pour résister aux pressions insensées des multinationales agrochimiques, telles Syngenta (dont le siège est à Bâle) ou l’américaine Monsanto. Ces sociétés font le forcing pour introduire des semences génétiquement modifiées dans les pays du Sud, avec l’argument de lutter ainsi contre la faim. Un argument fallacieux que SWISSAID dénonce avec force.

L’expérience de SWISSAID sur le terrain montre qu’au contraire l’introduction d’OGM a des conséquences dramatiques pour la petite paysannerie et pour la biodiversité de ces pays. Les paysans qui, depuis des temps immémoriaux, produisent leurs propres semences, doivent désormais s’endetter pour les acheter au prix fort aux quelques grandes compagnies qui se partagent le marché et mettent en danger des écosystèmes fragiles, ainsi que la diversité des semences traditionnelles, plus résistantes et mieux adaptées aux conditions climatiques locales.

Pour de plus amples informations :

Catherine Morand, SWISSAID, tél. 078 707 26 04