Le Myanmar (Birmanie) veut mettre en œuvre l’EITI

Le Myanmar (Birmanie) veut mettre en œuvre l’EITI

SWISSAID qui est active depuis plusieurs décennies au Myanmar se réjouit de la volonté de ses autorités d’instaurer un cadre propice à une gestion transparente de ses riches ressources pétrolières et minières. Elles viennent en effet d’annoncer qu’elles souhaitent mettre en œuvre l’EITI, l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives. La société civile a un rôle important à jouer.

L’ouverture politique que connaît actuellement le Myanmar suscite de nombreuses convoitises de la part des sociétés minières et pétrolières, qui ont hâte d’avoir accès aux richesses de ce pays. SWISSAID, qui est présente dans ce pays depuis 20 ans, a fait part de sa préoccupation que ce pays ne soit considéré uniquement comme un marché très lucratif, au détriment de l’amélioration des conditions de vie de la population (Lire nos communiqués de presse).

L’annonce de la part des autorités de mettre en l’œuvre l’EITI , l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives, est donc saluée par SWISSAID, qui est en effet très engagée en faveur d’une gestion transparente des revenus générés par le pétrole et les produits miniers dans les pays où elle est présente.

Cette initiative réunit l’ensemble des parties prenantes, soit des représentants des autorités, des sociétés pétrolières et minières, ainsi que de la société civile. L’engagement des autorités se mesurera donc tout particulièrement à la marge de manœuvre qu’auront désormais les organisations de la société civile birmane pour jouer un rôle actif dans ce processus.

La leader de l’opposition Aung San Suu Kyi a pris plusieurs fois positions à ce propos, demandant par exemple aux investisseurs étrangers de ne pas faire d’affaires avec la Myanmar Oil and Gas Enterprise (MOGE), société d’Etat proche du gouvernement militaire, en raison de son manque de transparence. Elle avait par ailleurs exhorté le gouvernement du Myanmar à mettre en œuvre l’EITI.