L’initiative «Pas de spéculation sur les denrées alimentaires» sera soumise au peuple

L’initiative «Pas de spéculation sur les denrées alimentaires» sera soumise au peuple

SWISSAID qui a soutenu depuis le début l’initiative de la Jeunesse socialiste intitulée «Pas de spéculation sur les denrées alimentaires» se réjouit qu’elle ait formellement abouti. La Chancellerie fédérale a annoncé qu’elle sera soumise au peuple d’ici 2 à 3 ans.

Sur les 116'825 signatures déposées le mois dernier auprès de la Chancellerie fédérale, 115'942 ont été déclarées recevables. Le texte sur lequel les Suisses seront amenés à se prononcer demande l’interdiction de tout investissement, direct ou indirect, dans des instruments financiers liés aux matières premières agricoles et aux denrées alimentaires, sous peine de sanctions pénales.

SWISSAID a pu constater sur le terrain à quel point l’explosion des prix sur le marché des denrées alimentaires avait eu des conséquences dramatiques pour les populations dans les pays où elle est active. Certains ménages consacrent jusqu’à 80% de leurs revenus pour se nourrir. Selon une étude publiée en mars 2014 par Alliance Sud, une coalition d’ONG dont SWISSAID est membre, la spéculation sur les denrées alimentaires est actuellement 33 fois plus importante qu’il y a 10 ans.

L’interdiction qui frapperait les sociétés de négoce ayant leur siège ou une succursale en Suisse vaudrait aussi pour la vente de produits structurés. «Une interdiction de la spéculation sur les denrées alimentaires représenterait un pas important en faveur d’un développement plus juste», estime Caroline Morel, directrice de SWISSAID.