Un signal fort en direction du secteur du négoce

Un signal fort en direction du secteur du négoce

SWISSAID salue le fait que 4 Suisses sur 10 ont exprimé dans les urnes leur préoccupation face à une spéculation excessive sur les denrées alimentaires.

Avec les 40% de oui recueillis par l’initiative « Stop à la spéculation », soutenue par SWISSAID, la Suisse n’interdira pas la spéculation « nocive » sur les denrées alimentaires. Mais les sociétés de négoce, très présentes sur l’Arc lémanique, ont reçu un signal qui doit être pris au sérieux, appelant notamment à une plus grande transparence au sein d’un secteur largement méconnu.

C’est là aussi tout le mérite de cette initiative : avoir attiré l’attention sur le fait que la Suisse est le numéro un du négoce mondial des céréales, avec la présence, entre Rolle et Genève, des quatre géants du négoce des matières premières agricoles – Archer Daniels Midland, Bunge, Cargill, Louis Dreyfus. Et qu’au sein de l’Union européenne, comme aux Etats-Unis, l’heure est à la re-régulation d’un marché totalement libéralisé, ce dont la Suisse ferait bien de s’inspirer.

Eradiquer la faim dans le monde d’ici 2030, comme le stipulent les Objectifs de développement durable de l’ONU, auxquels la Suisse a adhéré, exige par ailleurs que le Conseil fédéral renonce à réduire drastiquement l’aide au développement.

Le débat n’est en tout cas pas terminé : la discussion sur les agissements à l’étranger des entreprises présentes en Suisse va se poursuivre avec l’initiative « Pour des multinationales responsables », appuyée par SWISSAID, qui est encore au stade de récolte de signatures.