Colombie: une forêt en bonne santé, des récoltes doublées

La forêt de l’ethnie Embera, sur la côte pacifique colombienne, est pour ses habitants à la fois une maison et leur principale source de nourriture. Malheureusement, le défrichage a placé les autochtones dans une situation précaire. Aujourd'hui, ils reboisent, se tournent vers l'agroécologie et cherchent des alternatives.

Quatre communautés de l’ethnie Embera vivent dans la réserve autochtone de Rio Valle y Boroboro, sur la côte pacifique colombienne. Ils vivent de la chasse, de la pêche et de la cueillette. Leur population augmente depuis des décennies, ce qui les oblige à faire pression sur leur forêt ancestrale pour se nourrir. Ils abattent des arbres pour créer des surfaces cultivables. Mais les récoltes restent faibles, les pratiques agricoles ancestrales ayant été abandonnées et oubliées. Les animaux de proie, source de protéines, se cachent toujours plus loin dans la forêt, et les poissons se font plus rares dans les cours d’eau. La diminution de la forêt a entrainé un cercle vicieux.

Agroécologie, reboisement et alternatives

Les communautés Embera s’engagent à mettre un terme à la détérioration des ressources naturelles, qui va à l’encontre de leurs croyances. Elles se tournent vers l’agroforesterie et l’agriculture écologique pour créer des systèmes de production durables et reboisent une partie de leur territoire. Dans le cadre du projet de collaboration entre SWISSAID et les populations autochtones, les mesures suivantes sont mises en œuvre:

  • 137 parcelles agroforestières, dont le sol est riche en nutriments, sont créées. Outre les arbres, des cultures comme le manioc, la canne à sucre, le cacao ou les avocats poussent sur ces parcelles.
  • Au travers d’ateliers, les petits agriculteurs apprennent à connaître l’agriculture de conservation et écologique.
  • Quatre pépinières sont établies pour la reforestation.
  • Les familles autochtones se mettent à l'élevage durable de poules créoles. Celles-ci leur fournissent une source de protéines alternative aux animaux sauvages et un revenu supplémentaire.
  • Une presse pour extraire le jus de canne à sucre, riche en nutriments, et des zones de cuisson économes en bois sont installées.

Par ces mesures, les communautés Embera s’arment contre la disparition des ressources naturelles de leur région. Grâce à l'agroforesterie et à l'agriculture biologique, ils créent des systèmes de culture durables et améliorent ainsi leur situation alimentaire. Les récoltes sont doublées. Ajoutées aux élevages de poules, elles peuvent désormais couvrir les besoins de toutes les familles. De plus, en vendant l'excédent des récoltes et une partie des poules, les familles peuvent dégager un revenu supplémentaire. Les zones riveraines sont reboisées et de plus en plus de poissons se fraient dans les mangroves. La fin heureuse d'un cercle vicieux.