Enfin de l'eau au Guangaje

Avec du matériel adéquat et les connaissances nécessaires, les familles de petits paysans des Andes équatoriennes sortent petit à petit de la misère. Au travers de comités de gestion de l'eau, elles protègent durablement les précieuses réserves en eau et s'arment ainsi contre le changement climatique.

Une brume épaisse recouvre la dense végétation du paysage vallonné. Un lama observe le linge suspendu dans la cour, les poules s’entassent au fond du poulailler, les moutons paissent en silence. Devant sa hutte, une femme frotte sa lessive sur une pierre à laver. Une vie a priori tout ce qu’il y a de plus paisible.

Pourtant, la vie quotidienne des habitants de la communauté de Guangaje, au milieu de la province de Cotopaxi, est difficile. Environ 90% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, la plupart souffrant de malnutrition ou de sous-alimentation. La petite parcelle de terre dont chacun dispose pour se nourrir n’a pas un rendement suffisant. Un accès à l’eau ? Jusqu’à aujourd’hui, cela n’était qu’un rêve pour les petits paysans et paysannes.

Dans la région, la météo devient de plus en plus imprévisible. Pendant la saison des pluies, le temps est sec, pendant la saison sèche, il pleut souvent. Et de façon anormalement forte. En résulte des inondations, une érosion des sols et des cycles de production perturbés. Ici, à 3000 mètres d’altitude, les conséquences négatives du changement climatique sont déjà perceptibles depuis longtemps.

Protéger les sources et construire des pipelines

Dans ce contexte, la concurrence pour l’eau s’accentue et les conflits se multiplient. Avec le páramo et sa végétation dense, la région peut absorber une grande quantité d'eau. Un important réservoir naturel menacé par la présence d’arbres inadaptés à l’environnement. Une meilleure gestion de l'eau est primordiale pour soutenir les agriculteurs et agricultrices indigènes.

Afin d’assurer un accès permanent à l'eau, les bassins naturels et les sources d’eau doivent être protégés et gérés de manière durable. Cet objectif ne peut être atteint que si les groupements locaux sont soutenus professionnellement et financièrement et renforcés sur le plan organisationnel.

Organisés en groupes appelés « comités de gestion de l’eau », les jeunes habitants ont pour but de construire et réhabiliter sept systèmes d'approvisionnement en eau potable qui bénéficieront à 1750 personnes. 76 systèmes d'irrigation des champs assurent une récolte prospère aux petits paysans.

Une aide globale

La démarche de SWISSAID a déjà porté ses fruits dans trois villages de Guangaje. « Nous avons reçu des matériaux de construction et apporté notre propre contribution financière. Ensuite, nous avons construit ensemble un grand réservoir et des conduites d'eau », explique Daniel Otto Lutuala, président du comité d'eau à Candela Fasso. Son collègue de Tigua Rumichaca, Juan Manuel Chusín, est enthousiasmé par le résultat : « Dans le passé, nous n'avions même pas d'eau pour cuisiner - aujourd'hui, il y a des conduites d'eau dans les maisons et les familles ont accès à de l'eau potable propre 24 heures sur 24 ».

Les tarifs mensuels pour l'eau ont été fixés par les groupes lors des assemblées générales. Chaque famille paie l'équivalent d'un franc par mois. L'argent est principalement utilisé pour payer le responsable de la gestion de l'eau. Ce qui reste est placé dans un fonds commun. Blanca Chusín, résidente de Tigua Rumichaca, souligne : « Nous avons tous contribué à la construction et à l'entretien des canalisations ; le groupe de femmes, la communauté et même des personnes qui ont déménagé sont venues nous aider. Ensemble et avec SWISSAID, nous avons réussi. »