Le rachat de Syngenta par ChemChina représente un danger pour une agriculture durable

Le rachat de Syngenta par ChemChina représente un danger pour une agriculture durable

Berne/Lausanne, le 5 avril 2017. La décision prise aujourd’hui par la Commission européenne d’autoriser le rachat de l’entreprise agrochimique suisse Syngenta par le géant chinois ChemChina est une mauvaise nouvelle pour les agriculteurs ainsi que pour les consommateurs du monde entier. SWISSAID proteste vivement contre cette décision, et espère que les négociations qui se poursuivent n’aboutiront pas.

La décision de la Commission européenne concernant l’entreprise suisse Syngenta, dont le siège est à Bâle, s’inscrit dans la droit ligne de la fusion approuvée, il y a deux semaines, entre l’entreprise américaine Dow Chemical et DuPont, ainsi que le rachat de Monsanto par Bayer.

Si les commissions de la concurrence approuvent également le deal entre Monsanto et Bayer, il ne restera plus que trois géants agrochimiques dans le monde, qui contrôlent près de 70% du marché des pesticides et plus de 60% des semences commercialisées – ce qui met l’agriculture mondiale en péril. C’est pourquoi SWISSAID, en collaboration avec d’autres organisations non gouvernementales, avait adressé au mois de février dernier une lettre ouverte à la Commissaire de la concurrence de l’Union européenne Margrethe Vestager pour l’alerter des dangers que représentent ces fusions.

Dans les neuf pays où elle est active, SWISSAID est engagée aux côtés d’organisations partenaires locales pour promouvoir une agriculture écologique, durable, qui favorise la sécurité alimentaire dans des régions fragiles. SWISSAID appuie des organisations paysannes et de femmes, qui, entre autres, reproduisent leurs propres semences, tout en les améliorant. Les fusions auxquelles nous assistons aujourd’hui se traduisent par une formidable concentration sur le marché des semences, ce qui menace l’existence même de millions de petits agriculteurs dans les pays du Sud.

Les multinationales agrochimiques décident désormais non seulement de ce que les paysans doivent cultiver, mais contrôlent également les investissements en matière de recherche agricole, influencent les gouvernements et, grâce aux brevets sur les plantes, possèdent désormais ce qui constitue la base de notre alimentation.

Aujourd’hui déjà, la dépendance à l’égard de semences et de pesticides vendus très chers aux paysans représente un énorme problème, qui se traduit par une augmentation de l’endettement des populations, le recours à des semences inadaptées, la dégradation de l’environnement et des problèmes sanitaires. Suite à la fusion de Syngenta et de ChemChina, la commercialisation de semences hybrides brevetées, ainsi que les engrais correspondants, devraient augmenter de manière spectaculaire.

SWISSAID dénonce la très préoccupante concentration des géants agrochimiques, ce qui représente une véritable menace pour l’agriculture mondiale, et espère que la procédure anticartel en cours, engagée par les autorités indiennes, mexicaines et chinoises, permettront de mettre un terme à l’acquisition de Syngenta par ChemChina.

Pour de plus amples informations:

Catherine Morand, SWISSAID, tél. 079 306 14 46, c.morand@swissaid.ch

Photo: Friends of the Earth Europe