Le Conseil fédéral doit s’engager pour la protection du climat

Le Conseil fédéral doit s’engager pour la protection du climat

Zurich, le 18 novembre 2014. Demain, le Conseil fédéral enverra le mandat de négociation pour la conférence sur le climat qui se tiendra à Lima et qui discutera des objectifs climatiques à long terme de la Suisse. Les trois plus gros émetteurs de gaz à effet de serre, à savoir la Chine, les Etats-Unis et l’UE, ont déjà déposé leurs premières propositions de négociation à cet effet. Cette attitude active semble de bon augure pour les chances de parvenir à un nouvel accord international sur le climat. Ces premières offres de négociation ne mettent toutefois pas encore le monde sur la voie permettant d’éviter les dangers du changement climatique. Même si tous les pays adoptaient des objectifs communs. C’est pourquoi l’Alliance climatique demande que la Suisse profite de cette occasion pour présenter des objectifs compatibles avec celui des 2°C. Soit une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 60% au minimum d’ici 2030,  par rapport à la situation de 1990.

Les conséquences du changement climatique menacent de manière imminente nos ressources fondamentales. Le cinquième rapport du groupe d’experts du GIEC ne laisse plus aucun doute à ce sujet. Les scientifiques n’ont pas seulement anticipé les évolutions de la planète sans protection climatique digne de ce nom, ils ont également répertorié ce qui peut être entrepris pour parer à un réchauffement climatique trop important. En calculant le budget carbone global restant pour maintenir l’objectif des 2°C, ils ont fourni une base solide pour instaurer des objectifs de réduction nationaux. «Le Conseil fédéral peut et doit prouver demain qu’il ne se contente pas de lire les rapports scientifiques, mais qu’il les utilise aussi pour fixer ses objectifs politiques», plaide Patrick Hofstetter, coordinateur de l’Alliance climatique.

Si on calcule en se basant sur le budget carbone, la Suisse doit réduire ses émissions nationales de 60% au moins (comparé à 1990) d’ici 2030. Et le niveau d’émissions net doit complètement disparaître d’ici 2050. «De tels objectifs de réduction ambitieux ne sont pas une fiction. L’Allemagne a prévu une réduction de 55% d’ici 2030 et le Danemark va même plus loin: les énergies fossiles devront être bannies de la production de chaleur et d’électricité d’ici 2035 et l’ensemble du secteur énergétique devra être à 100% renouvelable en 2050», explique Georg Klingler, expert climatique chez Greenpeace.

Etant donné que la Suisse a, par le passé, émis beaucoup de gaz à effet de serre, elle est chargée d’une responsabilité historique face au désastre climatique qui s’annonce. Afin d’assumer pleinement cette responsabilité, la Suisse doit, outre les réductions au niveau national, financer en collaboration avec les autres pays riches les efforts de réduction des gaz à effet de serre à l’étranger.

Les objectifs européens et la Suisse

La Suisse aurait une bonne longueur d’avance sur l’UE et ne devrait donc pas suivre exactement les objectifs climatiques européens, affirmait la cheffe du DETEC, Doris Leuthard. Une affirmation problématique pour trois raisons. D’abord parce que les derniers calculs du GIEC sur le budget carbone restant pour maintenir l’objectif des 2°C montrent clairement que l’UE et la Suisse doivent faire davantage que de réduire les émissions de seulement 40% d’ici 2030. Ensuite, parce que la position de la Suisse est moins bonne que celles d’autres pays européens semblables dans les domaines où la réduction de CO2 serait la plus simple et la plus avantageuse économiquement (transports et construction). Enfin parce que la Suisse doit moins réduire le nombre de tonnes de CO2 émis par tête pour atteindre un pourcentage de réduction identique à celui de l’UE. Ces trois arguments devraient pousser la Suisse à s’aligner sur la position des pays européens pionniers en la matière et à en faire plus que la moyenne européenne pour protéger le climat.

Informations complémentaires

  • Jürg Staudenmann, responsable des questions de politique environnementale et climatique internationale chez Alliance Sud (communauté de travail Swissaid, Fastenopfer, Brot für alle, Helvetas, Caritas, Heks), 079 152 41 72
  • Patrick Hofstetter, coordinateur d’Alliance climatique, directeur Climat & énergie au WWF Suisse, 076 305 67 37
  • Georg Klingler, expert climatique auprès de Greenpeace Suisse, 079 785 07 38

Alliance climatique

L’Alliance climatique est composée de 55 organisations: www.alliance-climatique.ch. Avec la pétition actuelle «Sainte Doris, devenez la patronne du climat», les organisations de l’Alliance et près de 18 000 signataires enjoignent la conseillère fédérale Doris Leuthard à s’engager pour une politique climatique ambitieuse et juste.

Jusqu’à présent, les organisations suivantes soutiennent cette pétition

ACSI - Associazione consumatrici e consumatori della Svizzera italiana

actif-trafiC

Action de Carême

AEE Suisse - Organisation faîtière de l'économie des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique

Alliance Comundo (Bethlehem Mission Immensee, E-CHANGER, Inter-Agire)

Alliance Sud (Communauté de travail Swissaid, Action de Carême, Pain pour le prochain, Helvetas, Caritas, Eper)

Amis de la Natur Suisse

Aqua Viva

ASPO/BirdLife Suisse

ATE Association transports et environnement

Biomasse Suisse

Bruno Manser Fonds

CIPRA - Vivre dans les Alpes

Déclaration de Berne

EPER - Entraide Protestante Suisse

Equiterre - Partenaire pour le développement durable

Etres Partenaires

Fondation Suisse de l'énergie SES

fossil-free.ch

GIBBeco Genossenschaft Information Baubiologie

Greenpeace Suisse

HabitatDurable Suisse

Helvetas Swiss Intercooperation

Initiative des Alpes

INWO Initiative für natürliche Wirtschaftsordnung

Jeunes Vert-e-s Suisse

Kleinbauern-Vereinigung

Les verts parti écologiste suisse

Ligue suisse des femmes catholiques

Medecins en faveur de l'environnement

Mountain Wilderness

myblueplanet

myclimate

Noé 21

oeku Eglise et environnement

Ökozentrum

Pain pour le prochain

PanEco - Stiftung für nachhaltige Entwicklung und interkulturellen Austausch

Pro Natura

Pro Velo Suisse

PS Suisse

Schweizerischer Schutzverband gegen Flugemissionen SSF

SEV syndicat du personnel des transports

Société Suisse pour l’Energie Solaire SSES

Solarspar

Solidar Suisse - Œuvre suisse d'entraide ouvrière OSEO

Stiftung für Konsumentenschutz

Swissaid

Swissolar - Association suisse des professionnels de l’énergie solaire

terre des hommes schweiz

Union syndicale suisse USS

VBU Vereinigung Bündner Umweltorganisationen

vert'libéraux suisse

WWF Suisse

Zukunft statt Kohle