ChemChina avale Syngenta : une dernière recommandation avant le " mariage infernal "

ChemChina avale Syngenta : une dernière recommandation avant le

Bâle, le 26 Juin 2017. Lors de l’Assemblée générale annuelle de Syngenta le lundi 26 juin,  SWISSAID a  attiré une nouvelle fois l'attention sur les dangers de l’extrême concentration en cours dans le secteur de l'agrochimie. Car l’acquisition de la société agrochimique bâloise par la société d'État chinoise ChemChina n’est pas le seul méga-deal du secteur : avec les autres fusions en cours, il n’y aura bientôt que 3 compagnies à contrôler le marché mondial  des semences et des pesticides. Une telle concentration a également un coût élevé pour les agriculteurs dans les pays les plus pauvres.

La société d’Etat chinoise ChemChina a mis 43 milliards de dollars  sur la table pour acquérir le groupe agrochimique bâlois Syngenta. Il s’agit là de la plus importante acquisition d'une société chinoise jamais réalisée - dont les Chinois attendent beaucoup. Par ce rachat, l’entreprise d'État acquiert non seulement les technologies et brevets de Syngenta, mais s’assure également des moyens pour pénétrer le marché décisif  des semences pour quelque 1,37 milliard d’habitants.

Après l'acquisition de Syngenta par ChemChina, avec encore la fusion prévue de Dow Chemical et DuPont d’une part, et de Bayer et Monsanto d’autre part, le marché mondial des produits agrochimiques va prochainement se limiter à seulement trois acteurs principaux. Lesquels vont contrôler, en fonction des conditions posées par les autorités de la concurrence, jusqu’à 70% du marché mondial des pesticides et 60 pourcents de celui des semences. Et tandis que les actionnaires et les dirigeants de la compagnie se frottent les mains, les petits agriculteurs des pays en développement paient le prix fort de cette nouvelle donne : ils deviennent encore plus dépendants de semences brevetées et d’engrais chimiques ainsi que des prix imposés par quelques multinationales.

Pour attirer l’attention sur ces dangers, SWISSAID organise une action devant l’Assemblée générale de Syngenta. La représentation symbolique du « mariage infernal » entre Syngenta et ChemChina, sur un char tiré par des agriculteurs du monde entier, illustre parfaitement qui sont les victimes de cette gigantesque absorption. 

Pourtant, il existe des alternatives: SWISSAID s’engage dans les neuf pays où elle est active en Afrique, en Asie et en Amérique latine à renforcer depuis des années les systèmes de semences paysannes et agroécologiques, grâce auxquels les petits paysans peuvent assurer les bases durables de leur alimentation.

Devant les actionnaires de Syngenta, Fabian Molina de Swissaid a parlé clairement : « L’énorme concentration dans l’agrobusiness est un danger pour le développement durable dans les pays les plus pauvres. Les semences brevetées, les sols empoisonnés sont nocifs pour l'homme et l'environnement. Nous exhortons donc Syngenta, en dépit de son rachat par ChemChina,  à assumer sa responsabilité pour une production de denrées alimentaires alimentaire durable".

 Pour de plus amples informations, merci de contacter :

  • Catherine Morand, SWISSAID, c.morand(a)swissaid.ch, tél. 021 620 69 73