Un abonnement bio pour les citadins

Recevoir un panier de légumes bio fraîchement cueillis tous les quinze jours devant sa porte: les services de livraison connaissent un boom dans les villes de Suisse mais aussi en Colombie. Là-bas, s’abonner au panier du marché est une profession de foi en faveur de la nature, d’une alimentation responsable et de l’agriculture locale. Mais aussi contre la faim et la pauvreté qui perdurent dans le pays.

Travailler dans les champs à perdre haleine sans avoir suffisamment à manger dans l’assiette: ce sort a longtemps été celui de nombreux habitants du département de Boyacá en Colombie. Dans les environs de Mongua, un village de 3000 âmes, la pauvreté, la malnutrition et même la faim étaient encore récemment des maux bien connus de la population. La vie des paysannes s’est améliorée lorsqu’elles se sont lancées dans l’agriculture bio grâce aux cours de SWISSAID, réduisant ainsi massivement leur consommation d’engrais chimiques tout en accroissant la fertilité des sols pollués. Elles ont appris à construire des serres rudimentaires pour protéger les plantes délicates de l’air glacial qui souffle dans les Andes. De nombreuses paysannes ont commencé à élever des lapins et des moutons à côté de leur exploitation. Les familles ont uni leurs forces pour mettre en place un système d’approvisionnement en eau potable qui fonctionne. Mais il leur était encore difficile de mettre leurs récoltes sur le marché et, sans argent liquide, il n’est pas possible d’acheter du matériel scolaire ni des habits même à Mongua.

Quand des paysannes surfent sur la tendance bio

Corpovertice, une organisation qui défend les intérêts des paysannes et des paysans dans la région, a trouvé la panacée: la vente directe dans les villes grâce au panier du marché. La tendance bio dans les classes moyenne et supérieure en Colombie a joué en sa faveur. Corpovertice s’est adressée à «Huerta Alto Andino de Mongua», une organisation paysanne soutenue par SWISSAID, et a pu rassembler 47 paysannes et 4 paysans qui ont accepté de vendre leurs récoltes excédentaires dans les villes. Depuis lors, l’organisation s’occupe de toute la logistique, veille au respect des directives bio et s’assure que les clients reçoivent leur panier de légumes tous les quinze jours.       

Les intermédiaires disparaissent

Pour les paysannes et les paysans, le service de livraison n’a que des avantages: ils n’ont pas besoin d’aller dans les villes vendre leurs marchandises et ils ne sont plus dépendants des grossistes, qui vendent leurs services au prix fort. Mais avant toute chose, ils ont la certitude que leur récolte trouvera preneur et qu’ils en obtiendront un prix raisonnable. Les consommateurs de leur côté y trouvent aussi leur compte: ils paient le même prix qu’au supermarché pour des produits standard mais le panier leur apporte des produits bio, frais et livrés directement à domicile.        

Des anciennes variétés font leur apparition

Depuis l’introduction de l’abonnement au panier bio, il y a eu des améliorations: les paysans produisent à nouveau d’anciennes variétés de légume et s’affranchissent du monopole de la pomme de terre dans les champs. Les demandes des consommateurs sont satisfaites et le sol est préservé. La nourriture des familles de paysans est aussi plus variée et plus saine et la malnutrition disparaît peu à peu. 

Une aide à la préparation

Œufs, variétés de choux, brocolis, choux-fleurs, épinards, oranges, fromage, artichauts, betteraves rouges, raves et d’autres variétés de racines poussant traditionnellement dans les Andes: le panier est bien garni. Mais comment préparer ces légumes plutôt inhabituels? Corpovertice organise des dégustations et distribue informations et recettes. Une recette de légumes au four a été adaptée et peut être cuisinée avec des légumes suisses. Pro Specie Rara par exemple propose beaucoup d’anciennes variétés de qualité bio. Les légumes au four s’accompagnent volontiers de viande, de poisson ou de fromage grillé en hiver.    

Proposition de recette: Légumes au four à la colombienne

Recette pour 4 personnes

  • 800–1000 grammes de légumes d’hiver, p. ex. différentes variétés de carottes, raves, panais, courges, oignons, fenouil et toutes les variétés de légume-racine que vous trouvez. Peler, préparer et couper en grosses tranches.  
  • 1–2 poires selon les goûts, coupées en tranches grossières
  • 2 branches de thym ou de romarin
  • 5 c. à s. d’huile d’olive
  • Sel, poivre

Préchauffer le four à 200 degrés, mélanger les légumes aux autres ingrédients. Griller au four env. 45 minutes. Pour éviter que les autres légumes prennent la couleur rouge, poser les tranches de betteraves rouges sur les bords. Selon le four, retourner les légumes plusieurs fois et couvrir d’une feuille d’alu vers la fin de la cuisson. Servir et se régaler.