Lier l'aide au développement à la politique d'asile ?

Lier l'aide au développement à la politique d'asile ?

Berne/Lausanne, le 12 mars 2012. SWISSAID salue la décision du Conseil des Etats de renoncer à établir un lien entre la politique d’asile et l’aide au développement, ce que l’UDC avait exigé. Il n’y avait en effet pas grand-chose à attendre d’une telle mesure.
Le Conseiller aux Etats Markus Stadler (vert libéral/Uri), membre du Conseil de Fondation de SWISSAID, a relevé la semaine dernière lors d'un débat au Conseil des Etats que les pays d'origine des requérants d'asile ne correspondaient pas à ceux auxquels la Suisse accorde une aide au développement. De plus, la majeure partie de l'aide suisse au développement est accordée à des ONG privées actives sur le terrain, ainsi qu'à des autorités qui agissent au niveau local ou régional; mais l'aide de la Suisse ne s'adresse en aucun cas au gouvernement central, avec lequel la Suisse cherche à négocier des accords de réadmission pour des requérants déboutés.

SWISSAID salue donc le rejet de la motion UDC : "Cela ne sert en effet à rien de soumettre l'aide au développement à de telles conditions", estime la directrice de SWISSAID Caroline Morel. Selon elle, les effets attendus par une telle mesure sont fortement surestimés. La Suisse, en tant que plaque tournante de la finance et du commerce des matières premières, tire d'énormes avantages des pays en développement, notamment par le biais des richesses minières, qui sont souvent originaires de ces pays. "En tant que pays très riche, nous devons apporter de l'aide là où elle est le plus utile, sans réclamer de contreparties", estime encore Caroline Morel. Selon elle, toute autre manière de faire serait "simplement honteuse".

Pour de plus amples informations :
Caroline Morel, directrice de SWISSAID, Tél 079 208 75 17, c.morel[at]swissaid.ch

SWISSAID est active dans le domaine de la coopération au développement dans neuf pays d' Afrique, d'Asie et d'Amérique latine et prend également position en Suisse sur des questions de politique de développement. Environ 124 personnes travaillent pour SWISSAID dans le monde, dont 29 en Suisse. SWISSAID est financée grâce aux dons de ses généreux donateurs, et est également soutenue par la Direction du développement et de la coopération (DDC).