Manger à sa faim grâce à la technologie

L’édition du mois d’avril du «Monde SWISSAID» met l’accent sur les opportunités offertes par les nouvelles technologies de l'information pour améliorer le quotidien - et les récoltes - des paysans au Sud.

Dans les pays du Sud, l’usage du téléphone portable s’est largement répandue. Néanmoins, plus de la moitié des habitants n’ont pas accès à Internet. Au Tchad et au Niger, pays où SWISSAID est active,
ils sont moins de 3% à être connectés. Cependant beaucoup d'entre eux possèdent un téléphone portable, car un simple SMS peut faire la différence: les paysans se renseignent par ce moyen
sur le prix de vente actuel des pommes de terre ou des oignons et ne se font ainsi plus berner par des intermédiaires peu scrupuleux.

En Tanzanie, des antennes surgissent partout. Un nombre croissant de petits producteurs ont accès à Internet. C’est pourquoi SWISSAID a décidé, en collaboration avec l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich, de miser sur les smartphones: en cas d’infestation parasitaire, une paysanne bio envoie une photo au centre de recherche. Celui-ci étudie le problème et fournit une réponse rapide afin d’aider à lutter contre le parasite en question. Lisez à ce sujet notre article à la page 4 de notre magazine téléchargable dans l'infobox.

En matière de production d’énergie, le progrès est aussi synonyme de grands avantages pour les personnes les plus démunies. Les panneaux solaires sont de plus en plus abordables. Au Myanmar, des cultivateurs de thé accompagnés par SWISSAID font leurs premières expériences avec de l’énergie solaire (voir en page 6).

Vous trouverez également dans «Le Monde SWISSAID» du mois d’avril:
 
- Un message de Doris Leuthard, présidente de la Confédération.
- Un appel au bénévolat pour le stand de SWISSAID au Paléo Festival
- Le témoignage émouvant d'Andreas S., dont la femme a légué à sa mort une partie de son héritage à SWISSAID
 
Merci de votre fidélité! Bonne lecture!