Promouvoir l’agriculture familiale, c’est garantir la sécurité alimentaire

Promouvoir l’agriculture familiale, c’est garantir la sécurité alimentaire

Le 27 juin 2014. Des mesures ciblées s’imposent afin de renforcer les exploitations agricoles familiales : réunies à Grangeneuve (FR), des organisations du monde agricole et de la coopération au développement ont adopté une déclaration commune en ce sens lors de la Conférence nationale à l’occasion de l’Année internationale de l'agriculture familiale (AIAF) des Nations Unies. Elles appellent les preneurs de décisions à se montrer plus réceptifs aux revendications des exploitations agricoles familiales.

Les exploitations paysannes familiales contribuent dans une large mesure à nourrir les populations locales dans le monde entier. Pour renforcer l’agriculture familiale, il est impératif de reconnaître la souveraineté alimentaire, de promouvoir le commerce équitable et d’améliorer les droits des femmes dans l’agriculture. Il y a lieu d’intensifier la formation et la vulgarisation dans l’optique d’une coopération au développement axée sur la pratique de l’agriculture familiale. C’est ce que demandent cinq organisations à l’issue d’une Conférence nationale qui s’est tenue à l'Institut agricole de Grangeneuve. Pendant la conférence, des représentantes et représentants d’organisations agricoles et d’organisations d’entraide de Suisse et de l’étranger ont exposé le rôle que jouent les exploitations familiales dans divers pays. Des experts de la politique, de l’économie, de l’administration, de la recherche et de la vulgarisation ont discuté du potentiel et des limites de l’agriculture familiale. Lors d’ateliers, le public de la conférence s’est exprimé au sujet de la déclaration et a élaboré des recommandations d’action sur le plan politique. Après l’adoption de la déclaration pour un renforcement de l’agriculture familiale, les participants à la conférence attendent des efforts concrets de la part des décideurs du monde politique, de l'économie et du domaine de la formation. La déclaration et les recommandations élaborées seront remises au Conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann le 9 septembre prochain.

La conférence est un projet qui s’inscrit dans le cadre de l’Année internationale de l’agriculture familiale. A travers cette année internationale, les Nations Unies entendent souligner la grande importance que revêtent les exploitations familiales. Sur 30 pour cent des surfaces agricoles, celles-ci produisent en effet 70 pour cent de la nourriture consommée dans le monde. Elles constituent le poumon de l'économie et de la société dans les zones rurales, en particulier dans les pays où une grande majorité de la population vit de l'agriculture. Dans l'agriculture suisse, ces exploitations représentent aussi la quasi-totalité des entreprises agricoles du pays. Or, le modèle idéal que sont les exploitations familiales se trouve confronté à une pression croissante. Suite à la mondialisation des marchés et à l’éclatement des structures familiales traditionnelles, ce modèle d'agriculture, bien qu’éprouvé, n’échappe pas à l’accélération de l’évolution des structures. Il est donc d’une urgente nécessité que les pays respectifs réfléchissent aux moyens de le soutenir et de le renforcer. Par cette année internationale, l’ONU veut que les exploitations familiales puissent placer leurs revendications dans l’agenda des décideurs politiques. En Suisse, diverses organisations (voir l’encadré) ont répondu à l’appel de l’ONU et ont mis sur pied une série d’autres activités en plus de cette conférence.

Déclaration

Les organisations signataires - l’Union Suisse des Paysans, le Groupement suisse pour les régions de montagne, l’Union suisse des paysannes et des femmes rurales, SWISSAID et Helvetas – rendent honneur aux prestations des exploitations agricoles familiales sous l’angle d’un développement rural et d’une utilisation des ressources durables. Afin de renforcer les exploitations agricoles familiales, elles demandent :

  • de respecter le principe de la souveraineté alimentaire
  • de permettre aux agriculteurs et aux employés de gagner un revenu décent dans l’agriculture
  • de promouvoir la multifonctionnalité de l’agriculture
  • de reconnaître et d'affirmer le rôle de la femme et ses droits dans l’agriculture
  • de développer la formation et la vulgarisation

La déclaration s’adresse aux preneurs de décisions du monde politique, de l'économie, de l’agriculture et d’autres domaines dont l’influence pèse sur l’élaboration des conditions cadres. La déclaration doit servir de fil conducteur pour prendre des décisions à l’avenir.

L’année internationale en Suisse

La conférence organisée à l’occasion de l’AIAF est le fruit d'une idée du comité national. Le Groupement suisse pour les régions de montagne et AGRIDEA ont dirigé ce projet. Un autre projet initié, c’est celui du dialogue international entre paysannes : il trouvera son point d’orgue lors de la Journée des paysannes, le 16 octobre à l’OLMA de St-Gall. L’action Facebook « Mon paysan. Ma paysanne », qui a déjà démarré au début de l’année, remporte un immense succès. Les pages des 31 familles paysannes de Suisse et de pays en voie de développement ont récolté plus de 21 000 « J’aime » de la part de personnes qui suivent à présent la vie de ces familles sur le réseau social. Les organisations suivantes s’engagent au comité national : l’Union Suisse des Paysans (USP), le Groupement suisse pour les régions de montagne (SAB), Helvetas, SWISSAID, l’Union suisse des paysannes et des femmes rurales (USPF) et AGRIDEA. L’Office fédéral de l’agriculture et de la Direction du développement et de la coopération soutiennent les activités ; Raiffeisen et Coop ont accepté d’être les sponsors principaux. Toutes les activités à l’occasion de l’AIAF se trouvent sur le site www.familyfarming.ch.

Renseignements :

  • Jörg Beck, responsable du projet de conférence & responsable de l’agriculture SAB, tél. 076 549 69 46
  • Francis Egger, président du comité national et membre de la direction de l’USP, tél. 079 280 69 66
  • Peter Schmidt, agronome et chef de département chez HELVETAS Swiss Intercooperation, tél. 079 748 40 84
  • Caroline Morel, directrice de SWISSAID, tél. 079 208 75 17