Famine et Agriculture

Dans les pays du Sud, 80 % environ des habitants vivent de la terre et 300 millions de familles paysannes assurent les quatre cinquièmes de la production vivrière. Et pourtant, ce sont surtout les régions rurales qui souffrent de la faim et de la malnutrition. La raison principale: une politique agricole qui encourage l'unilatéralité de l'économie d'exportation et la grande industrie.

SWISSAID soutient les familles de petits paysans et les organisations engagées dans la défense de leurs droits et la recherche de solutions écologiques, adaptées aux réalités locales. Les populations doivent avoir la possibilité d'assurer elles-mêmes leur souveraineté alimentaire, fortes de leurs savoir et savoir-faire ancestraux. SWISSAID soutient ses partenaires dans leurs efforts visant à améliorer leurs méthodes d'exploitation agricole, pour élever du bétail, constituer des banques de microcrédit autogérées et construire des systèmes hydrauliques destinés tant à la distribution d'eau potable qu'à l'arrosage.

SWISSAID met un accent particulier sur le maintien et la promotion de la biodiversité. Celle-ci garantit le développement de plantes et d'animaux utiles et protège les récoltes contre les destructions massives dues aux insectes nuisibles et aux maladies entre autres. C'est pourquoi elle remet en question les procédés de la biotechnologie, en particulier le génie génétique qui conduit à long terme à une disparition de la biodiversité et à une dépendance croissante des populations à l'égard de l'industrie agroalimentaire. Une dépendance qui contredit les trois principes directeurs de SWISSAID : autodétermination, autonomie et durabilité.


  • Conférence

    Conférence "L’huile de palme, un danger pour les paysans, ici et ailleurs?"

    Omniprésente dans notre alimentation et utilisée comme agrocarburant, l’huile de palme est controversée. Un débat passionnant s’est tenu le 17 novembre 2016 au Palais Eynard de Genève, sur l’impact de l’huile de palme sur les paysans suisses et du Sud, afin d’entrevoir des solutions. Il faisait suite au précdent débat de novembre 2014 sur les enjeux de cette huile de palme.
  • Malgré la guerre, la vie continue

    Malgré la guerre, la vie continue

    L’Etat Kachin, dans le nord du Myanmar (Birmanie), connaît depuis des années une situation de ni guerre ni paix, qui rend difficile le travail de SWISSAID dans la région.
  • Hygiène: seize nouveaux puits et cinq toilettes au sud du Tchad

    Hygiène: seize nouveaux puits et cinq toilettes au sud du Tchad

    Pénurie d’eau potable, absence de toilettes qui fonctionnent, malnutrition: les conditions sont difficiles pour de nombreux habitants du Tchad. Au sud du pays, SWISSAID lutte efficacement contre la misère en construisant des puits et des toilettes qui remportent un franc succès.
  • Des puits pour la culture maraîchère bio

    Des puits pour la culture maraîchère bio

    Au Niger, dans la commune de Koygolo, région de Dosso, SWISSAID soutient des groupes de femmes paysannes dans leur activité de maraîchage, grâce à des puits et des formations en techniques agricoles bio.
  • Comment financer la décentralisation au Niger? En taxant le bétail.

    Comment financer la décentralisation au Niger? En taxant le bétail.

    Sans impôts, pas de ressources communales pour aménager des infrastructures publiques. Un problème que les autorités de la commune de Koygolo ont résolu. Grâce au soutien de SWISSAID.
  • Les céréales du succès

    Les céréales du succès

    Depuis des années, la pauvreté, la sécheresse et l’érosion des sols contraignent de nombreux paysans à fuir vers les villes, tandis que leurs femmes et leurs enfants restent au village. Toutefois, plutôt que de se cacher la tête dans le sable, ils se sont unis pour fertiliser le désert. Un projet qui fait école.
  • Un ingénieux système de «crédit-stockage» favorise l’essor des villages

    Un ingénieux système de «crédit-stockage» favorise l’essor des villages

    Les petits producteurs nigériens doivent le plus souvent vendre leur récolte à prix cassé, dans l’incapacité qu’ils sont de la stocker et d’attendre que les prix remontent. Le «warrantage», ou «créditstockage», leur permet d’en tirer un meilleur revenu, tout en recevant sans délai de l’argent comptant comme fruit de leur labeur.
  • L'oignon bio, une excellente recette pour vaincre la faim

    L'oignon bio, une excellente recette pour vaincre la faim

    La situation est paradoxale: les oignons poussent facilement en Guinée-Bissau. Mais sur les marchés, on trouve avant tout des oignons importés du Sénégal ou des Pays-Bas. Les cultiver sur place permet pourtant de créer des emplois, de générer des revenus et de lutter efficacement contre la faim.
  • Comment triompher de la faim et «vivre un peu comme les Blancs»

    Comment triompher de la faim et «vivre un peu comme les Blancs»

    En Guinée-Bissau, la majorité de la population travaille dans l’agriculture. Mais ce secteur économique est loin de remplir les estomacs. Depuis 1980, SWISSAID aide les petits paysans de cet Etat d’Afrique de l’Ouest à mieux exploiter le potentiel de leurs sols. A Bachil par exemple, la faim ne devrait être bientôt plus qu’un mauvais souvenir.
  • Les maraîchères de Bissau

    Les maraîchères de Bissau

    Dans les faubourgs de Bissau, capitale de la Guinée-Bissau en Afrique de l’Ouest, 300 femmes appuyées par SWISSAID cultivent des légumes pour gagner leur vie. Si l’agriculture écologique améliore leurs récoltes, les cours d’alphabétisation leur permettent de mieux s’intégrer au sein de la société.
  • Les petits pois et les haricots ne comptent pas pour des prunes!

    Les petits pois et les haricots ne comptent pas pour des prunes!

    Les trois quarts des habitants de Tanzanie sont paysans. Toute leur existence dépend des récoltes. Les familles paysannes de Masasi améliorent leur quotidien grâce à la culture des légumineuses qui leur garantit nourriture et revenu.
  • Une maison pour les mères démunies

    Une maison pour les mères démunies

    Dans les environs de San Dionisio au Nicaragua, les femmes mènent une vie de privation, sans eau ni électricité ni soins de santé. La «maison des mères», située à proximité d'un centre de santé, les accueille pour les derniers jours de leur grossesse. Pour autant qu’elles parviennent encore à parcourir le chemin difficile qui les en sépare...
  • Des vers de terre et de l’engrais bio pour lutter contre la pauvreté

    Des vers de terre et de l’engrais bio pour lutter contre la pauvreté

    Dans les villages reculés de la région Matiguás au Nicaragua, la pauvreté est parfois alarmante. Les choses vont mieux depuis que les familles de paysans se serrent les coudes. «Manger sainement et à sa faim» est leur devise.
  • Des légumes bio grâce à un cochon

    Des légumes bio grâce à un cochon

    Tout changement nécessite du temps et des pionniers qui montrent l’exemple. Au Myanmar (Birmanie), un premier groupe de «paysannes pilote» a montré qu’il était possible d’adopter avec succès les méthodes agroécologiques.
  • Comment la récolte arrive-t-elle sur le marché?

    Comment la récolte arrive-t-elle sur le marché?

    Les paysans ne sont pas tous des entrepreneurs nés. Mais grâce à des coopératives de vente, ils créent de la valeur ajoutée avant même de mettre leurs produits sur le marché.
  • Un abonnement bio pour les citadins

    Un abonnement bio pour les citadins

    Recevoir un panier de légumes bio fraîchement cueillis tous les quinze jours devant sa porte: les services de livraison connaissent un boom dans les villes de Suisse mais aussi en Colombie. Là-bas, s’abonner au panier du marché est une profession de foi en faveur de la nature, d’une alimentation responsable et de l’agriculture locale. Mais aussi contre la faim et la pauvreté qui perdurent dans le pays.
  • «La forêt est ma seule ressource pour nourrir ma famille»

    «La forêt est ma seule ressource pour nourrir ma famille»

    Au cours de ces dernières années, les forêts du Myanmar (Birmanie) ont été l’objet d’un abattage massif et illégal. Il s’agit non seulement d’une catastrophe écologique, mais également humaine pour les populations sans terres. En collaboration avec SWISSAID, elles sont à la recherche de solutions.
  • Aide d'urgence en Inde: la sécheresse peut conduire au suicide

    Aide d'urgence en Inde: la sécheresse peut conduire au suicide

    ​En Inde, la sécheresse sévit depuis 3 ans, dans une région où des organisations partenaires de SWISSAID réalisent des projets novateurs pour soutenir les activités menées par des femmes. Les mères chefs de famille et leurs enfants sont particulièrement touchés. Des travailleuses journalières ne sont plus embauchées, les greniers des petits paysans sont vides, le bétail périt et bon nombre de personnes sont désespérées. L’an dernier, le taux de suicide a dramatiquement augmenté.
  • Des femmes dynamiques créent des emplois

    Des femmes dynamiques créent des emplois

    Dans le nord du Nicaragua, des femmes ont formé une coopérative et font leurs achats de viande en gros pour alimenter leurs petits commerces. L’an dernier, elles ont même ouvert une boucherie, et créé des emplois.
  • Une assurance-vie nommée «Piggy»

    Une assurance-vie nommée «Piggy»

    Dans le nord du Myanmar (Birmanie), des conflits ont obligé des milliers de personnes à quitter leurs villages pour s’établir à proximité des villes. Des crédits pour des élevages porcins leur permettent de s’en sortir.
  • Heureux événement dans l’étable: des porcelets font la joie des familles

    Heureux événement dans l’étable: des porcelets font la joie des familles

    Le conflit entre l’armée birmane et l’armée pour l’indépendance kachin (KIA) complique la mise en œuvre des projets de SWISSAID au nord de la Birmanie. Mais il y a une lueur d’espoir: grâce à un projet de riziculture bio et d’élevage couronné de succès, de plus en plus de familles bénéficient d’un nouveau moyen de subsistance.
  • Apprendre l’alphabet n’est qu’un début

    Apprendre l’alphabet n’est qu’un début

    Apprendre à lire, à écrire et à compter ouvre de nouveaux horizons. Et ces compétences profitent au final à des communautés entières. Voici un exemple porteur d’espoir au Tchad.
  • En Equateur, le clonage des pommes de terre est une pratique ancestrale

    En Equateur, le clonage des pommes de terre est une pratique ancestrale

    Grâce à une technique particulière de clonage de pommes de terre, des agricultrices équatoriennes améliorent leur production. Un savoir-faire ancien qui a un bel avenir devant lui.
  • Variétés traditionnelles: anciennes semences, nouveau succès

    Variétés traditionnelles: anciennes semences, nouveau succès

    Avec des semences anciennes et robustes de riz et de céréales, des paysannes et paysans indiens se prémunissent contre l’instabilité du climat. Ces variétés anciennes sont aussi avantageuses du point de vue financier. Cependant, beaucoup de paysannes et paysans doivent d‘abord «se casser le nez», avant de convertir leurs cultures.
  • Une variété de mil remise au goût du jour

    Une variété de mil remise au goût du jour

    Dans la région d’Abala au Niger, pays sahélien, la population manque de tout, mais lutte avec courage pour s’en sortir. Par exemple en se remettant à cultiver, grâce à l’appui de SWISSAID, une variété de mil locale qui avait été oubliée, et qui donne d’excellents résultats.
  • Au Nicaragua, le réchauffement climatique affecte déjà les petits producteurs

    Au Nicaragua, le réchauffement climatique affecte déjà les petits producteurs

    Le Nicaragua fait partie des pays d’Amérique latine qui sont le plus exposés aux effets du changement climatique. Avec l’appui de SWISSAID, les paysans développent des semences adaptées à la sécheresse, qui leur permettront à terme de compter sur des récoltes malgré le réchauffement, et échapper à la faim.
  • L’avenir des petits paysans se cultive dans les champs

    L’avenir des petits paysans se cultive dans les champs

    Dans la ville de Fredonia en Colombie, les familles de paysans, qui ne pratiquaient que la culture du café sur leurs lopins de terre, n’arrivaient pas à joindre les deux bouts. Aujourd’hui, leur situation a évolué.
  • «Pachamama est généreuse – quand on la traite bien!»

    «Pachamama est généreuse – quand on la traite bien!»

    Pachamama, „terre mère“ personnifiée et déesse de la fertilité, est très vénérée dans les Andes équatoriennes. Elle accorde la vie de nombreuses façons, par exemple sous la forme de récoltes abondantes. Mais, pour cela, les paysans doivent chérir et soigner les sols. SWISSAID les y aide.
  • Des chèvres utiles pour l'épargne et pour survivre aux aléas climatiques

    Des chèvres utiles pour l'épargne et pour survivre aux aléas climatiques

    Grâce à leur cours de compostage, des femmes paysannes dans le sud du Tchad ont amélioré leurs récoltes. Elles se sont ainsi constitué une épargne pour faire face aux situations d’urgence. Ce qui les rend moins vulnérables aux conséquences du changement climatique.
  • Un village colombien prend son essor

    Un village colombien prend son essor

    Petit à petit, la population de Pueblorrico se construit un avenir, de manière écologique et autonome.
  • Une lueur d’espoir pour les jeunes

    Une lueur d’espoir pour les jeunes

    Au Nicaragua, la situation semble désespérée pour de nombreux jeunes. Mais des organisations leur redonnent de l’espoir et des perspectives d’avenir.
  • Le lobby agrogénétique fait pression sur l’agriculture tanzanienne

    Le lobby agrogénétique fait pression sur l’agriculture tanzanienne

    L’agriculture tanzanienne est soumise à une intense pression de la part des multinationales agrochimiques, qui veulent imposer des semences transgéniques. Et changer une loi qui les obligerait à rendre des comptes en cas de pollution génétique. Les organisations partenaires de SWISSAID font barrage.
  • Afin que le travail porte ses fruits

    Afin que le travail porte ses fruits

    La population rurale de l’État de Kachin en Birmanie n’a pas la vie facile: les terres produisent peu et le piège de l’endettement se referme sur les petits agriculteurs. Des paysans et paysannes racontent comment ils s’en sont sortis grâce à SWISSAID.
  • Le temps, c’est de l’argent. Aussi au Tchad

    Le temps, c’est de l’argent. Aussi au Tchad

    Le quotidien de nombreuses femmes paysannes au Tchad se caractérise par un travail acharné, une alimentation à la limite de la faim, un pouvoir politique quasi nul et une exposition à toutes sortes de violences. Grâce à un coup de pouce ciblé et à moindre coût, SWISSAID réussit à améliorer notablement leurs conditions de vie.
  • Une nouvelle méthode de riziculture pour vaincre la faim

    Une nouvelle méthode de riziculture pour vaincre la faim

    En Inde centrale, la faim et la malnutrition ont été les plaies quotidiennes des communautés pendant des générations. Grâce à la nouvelle méthode de riziculture SRI, les récoltes augmentent significativement sans avoir recours à de coûteux engrais et pesticides.
  • Nicaragua: la pire sécheresse depuis 32 ans menace les familles paysannes

    Nicaragua: la pire sécheresse depuis 32 ans menace les familles paysannes

    Ce pays d’Amérique centrale est frappé par l’une des pires sécheresses de son histoire. Les bénéficiaires de SWISSAID vivent dans des régions touchées par cette catastrophe. Un projet d’aide d’urgence permet de leur apporter un certain soulagement.
  • Des haricots peu ordinaires

    Des haricots peu ordinaires

    Grâce à des banques de semences et au savoir local, des familles de paysans garantissent non seulement leur propre alimentation, mais aussi la diversité biologique.
  • Des arbres fruitiers pour faire face au changement climatique

    Des arbres fruitiers pour faire face au changement climatique

    Lorsque la pluie tarde à venir, la récolte est menacée, et la vie même des paysans est en danger. Des petits producteurs qui vivent dans l’arrière-pays montagneux de Matagalpa, au Nicaragua, font preuve d’une grande créativité lorsqu’ils cherchent des solutions pour affronter le changement climatique.
  • Riziculture bio: réussir ensemble

    Riziculture bio: réussir ensemble

    Sur la côte pacifique de la Colombie, la vie est marquée par la pauvreté, la violence et la malnutrition. Mais le passage à l’agriculture bio offre une lueur d’espoir.
  • Les communautés locales luttent pour faire valoir leurs droits

    Les communautés locales luttent pour faire valoir leurs droits

    Les Thakar et les Katkari ont la vie dure. Absence de titres de propriété, augmentation de la salinité des sols, mauvaises récoltes et inondations pendant la mousson sont autant de menaces pour ces communautés. Mais depuis qu’elles font valoir leurs droits, les choses changent peu à peu.
  • Amer est le café et douce la chance de réussir

    Amer est le café et douce la chance de réussir

    L’effondrement des prix et les champignons ne sont que deux parmi les fléaux qui menacent les familles de cultivateurs de café au Nicaragua. SWISSAID encourage la fondation de coopératives et augmente ainsi la sécurité économique de la population.
  • La cardamome, une alternative au café

    La cardamome, une alternative au café

    Des cultivateurs de café en Colombie trouvent dans la cardamome une alternative pour sortir de la misère dans laquelle les plonge la culture de café dont les cours se sont effondrés.
  • De l’eau pour produire bio

    De l’eau pour produire bio

    Les jardins potagers gagnent toujours plus de terrain sur les monocultures de maïs dans la province de Bolívar en Equateur. Et ce grâce à la construction d’un système d’adduction d’eau et des formations en agriculture écologique appuyées par SWISSAID.
  • Un marché qui jette un pont entre ville et campagne

    Un marché qui jette un pont entre ville et campagne

    Flâner, rencontrer des gens, faire des achats, déguster des spécialités régionales: deux fois par mois, les paysannes et paysans des hauts plateaux colombiens se rendent à Bicaramanga pour apporter aux citadins les produits frais de la campagne. Et, entre eux, des liens se créent.
  • „Les cochons d'Inde ont changé ma vie!“

    „Les cochons d'Inde ont changé ma vie!“

    Les cochons d'Inde ne sont pas l'unique solution pour améliorer les conditions de vie des familles paysannes en Equateur. Mais ils y jouent un rôle important.
  • En Birmanie, mobilisation en faveur des forêts

    En Birmanie, mobilisation en faveur des forêts

    Au Myanmar (Birmanie), seuls les «Community Forestry Certificates» protègent les peuples vivant dans la forêt des expropriations arbitraires. Mais pour obtenir un tel certificat, il faut surmonter de nombreux obstacles bureaucratiques.
  • Sortir de la spirale de l’endettement

    Sortir de la spirale de l’endettement

    Dans la région de Vidarbha, en Inde, de nombreux paysans sont endettés jusqu’au cou et n’ont plus aucune perspective d’avenir. Les coûts élevés de la culture de leurs produits ainsi que le changement climatique les poussent au bord du gouffre. La possibilité de se tourner vers l’agriculture biologique apporte un véritable soulagement aux paysans, à leurs terres et à leur porte-monnaie.
  • Les bananes naines bio ont la cote

    Les bananes naines bio ont la cote

    La classe moyenne urbaine de Buenaventura, Colombie, qui s’approvisionne dans les supermarchés, raffole des «bananitos». Ces fruits savoureux sont cultivés non loin de la ville, par de petits paysans précurseurs qui s’assurent ainsi un avenir meilleur.