Elections au Myanmar : “Il faut investir dans la population.“

Elections au Myanmar : “Il faut investir dans la population.“

Berne / Lausanne, le 2 avril 2012. Dans la foulée des élections au Myanmar et l’entrée de Aung San Suu Kyi au Parlement, les sanctions économiques seront bientôt levées. Pour SWISSAID, qui est active dans ce pays depuis 20 ans, une aide aux populations les plus pauvres ainsi que la réconciliation avec les ethnies minoritaires est la priorité. «Il s’agit là des conditions sine qua non pour un développement démocratique et durable dans ce pays», estime la directrice de SWISSAID Caroline Morel.

La Birmanie dispose d’un grand potentiel, dans tous les domaines. Ce pays du Sud-Est asiatique dispose de richesses naturelles, de terres fertiles, d’une grande diversité culturelle et de paysages, d’une population jeune et entreprenante. Dans la foulée de l’ouverture politique et de l’accession de Aung San Suu Kyi au Parlement, les sanctions économiques des Etats-Unis et de l’Union européenne devraient bientôt tomber. Des investisseurs potentiels sont dans les starting-blocks, car le développement économique du Myanmar va rapidement connaître une forte accélération.

Mais le danger existe que ce pays ne soit considéré que comme un marché lucratif, au détriment des intérêts de la population. «La communauté internationale doit miser avant tout sur le potentiel que représente la population, recommande la directrice de SWISSAID Caroline Morel, car ce n’est qu’à partir de la base que la démocratie et un développement durable peuvent se construire.» SWISSAID est l’une des rares organisations internationales de développement à être présente au Myanmar depuis 20 ans, un pays où elle appuie surtout des initiatives de communautés paysannes dans le domaine de l’agriculture et de l’exploitation forestière.

Jusqu’à présent, en raison de son isolement politique, le Myanmar a relativement peu reçu d’aide au développement. En 2010, celle-ci ne s’élevait qu’à 5 dollars par habitant, soit un total d’environ 275 millions de dollars; tandis que le Cambodge voisin recevait, lui, environ 50 dollars par habitant. L’Union européenne ainsi que d’autres pays ont d’ores et déjà annoncé une augmentation de leur aide au Myanmar. La Direction du développement et de la coopération (DDC), actuellement présente au Myanmar avec un programme d’aide humanitaire, va également développer son aide dans le domaine de la coopération au développement.

Au Myanmar, SWISSAID est avant tout active dans l’Etat du Kachin, dans le nord du pays. Contrairement à d’autres régions, le conflit armé entre le gouvernement central et les minorités ethniques n’est pas encore résorbé. Pour Caroline Morel, une solution politique à ce problème, outre l’aide à la population locale, est centrale pour permettre un développement démocratique et durable du Myanmar.

Pour de plus amples informations :
Caroline Morel, Swissaid, Tél. 031 350 53 50, 079 208 75 17, c.morel[at]swissaid.ch