Caravane des semences: Festival de la Biodiversité sur la place fédérale à Berne

Caravane des semences: Festival de la Biodiversité sur la place fédérale à Berne

Berne/Lausanne, le 4 juin 2010. „La diversité biologique est le fondement même de la vie“, a lancé le conseiller fédéral Moritz Leuenberger vendredi sur la Place fédérale à Berne l’occasion du Festival de la biodiversité organisé par SWISSAID et des organisations paysannes pour marquer la dernière étape de la „caravane des semences“ qui a sillonné toute la Suisse. Les participants à la caravane ont insisté sur le fait que ce sont les paysans et les paysannes qui doivent absolument garder le contrôle sur les semences du monde, et non pas les grandes firmes semencière, si l’on veut pouvoir relever afin les défis du futur en matière d’alimentation.

Pour les participants à la caravane des semences – des paysans et des experts en semences venus d’Inde, du Niger, du Nicaragua et de Guinée-Bissau – il apparaît clairement, à l’issue de leur périple à travers toute la Suisse, que l’agriculture du futur doit être une agriculture de proximité, organique, qui recourt à des semences locales, les mieux adaptées pour résister aux changements climatiques. C’est à leurs yeux la seule manière de relever les défis du futur en matière d’alimentation. Carmen Picado Martinez, une paysanne du Nicaragua, en est plus que jamais persuadée, à l’issue des échanges qu’elle a eus avec ses collègues suisses.

Lors de son discours prononcé dans le contexte du Festival de la biodiversité vendredi sur la Place fédérale à Berne, le conseiller national Moritz Leuenberger a insisté sur le fait qu’il est dangereux de tout mesurer à l’aune de la valeur économique. Car la biodiversité, les plantes et les animaux représentent des „valeurs en tant que telles“, tandis que les semences déploient „une palette de couleurs, de senteurs et de goûts“. Cette formidable diversité était clairement visible vendredi sur la Place fédérale, ornée de plantes des quatre continents.

SWISSAID et les organisations paysannes suisses ont organisé la caravane des semences et la Festival de la biodiversité pour attirer l’attention sur les graves menaces qui pèsent sur la diversité des semences. „Afin qu’il y ait suffisamment de nourriture pour tous dans le futur, nous avons impérativement besoin d’un patrimoine génétique végétal le plus diversifié et riche possible“, a plaidé Hansjörg Walter, président de l’Union suisse des paysans. Or, il ne seul demeure 10% de ce capital génétique, ce qui est extrêmement préoccupant.

Le président de SWISSAID Rudolf Rechsteiner a attiré l’attention sur le fait que la diversité dans l’agriculture – ainsi que l’alimentation – est encore appauvrie en raison du boom des agrocarburants, „un développement fatal“ selon lui. Dans leur déclaration finale, les paysans et spécialistes des semences d’Inde, du Nicaragua, du Niger et de Guinée-Bissau ont recommandé, entre autres, qu’un appui financier accru soit octroyé à la production de semences écologiques en Suisse et dans les pays du Sud. Les semences appartiennent aux paysans et non pas aux multinationales semencières, qui fabriquent avant tout des semences nécessitant de grandes quantités d’engrais ou de pesticides, ou encore génétiquement modifiées.