Deux initiatives suisses pour une agriculture écologique pour tous.

Deux initiatives suisses pour une agriculture écologique pour tous.

SWISSAID soutient deux initiatives - l’initiative pour des aliments équitables et l’initiative pour la souveraineté alimentaire - dont les objectifs rejoignent notre engagement pour une agriculture écologiquement et socialement plus durable, en Suisse comme à l‘étranger.

Ces deux initiatives distinctes - lancées l'une par Les Verts, l'autre par le syndicat agricole Uniterre - proposent des solutions efficaces en faveur d'un commerce équitable des denrées alimentaires et d'une agriculture plus écologique. Elles contribuent aussi à une discussion plus que nécessaire sur l‘avenir de notre agriculture et sur l'impact global de nos comportements en tant que consommateurs. Voilà pourquoi SWISSAID soutient ces deux initiatives.

L’initiative des Verts pour des aliments équitables

L’initiative des Verts pour des aliments équitables demande que les denrées alimentaires proviennent d’une agriculture respectueuse de l’environnement et des animaux et qu’elles soient produites dans des conditions de travail équitables. Par conséquent, elle demande à la Confédération d’introduire des standards écologiques et sociaux clairs pour les denrées alimentaires importées.

Que signifie „aliments équitables“ concrètement?

Les standards de production en vigueur en Suisse devraient désormais s’appliquer également aux denrées alimentaires importées. De cette manière, les petites exploitations agricoles respectueuses de l’environnement ainsi que le commerce équitable seraient renforcés.

En effet, 50% des denrées alimentaires consommées en Suisse doivent être importées, dont 20% depuis des pays en développement. Grâce aux tarifs douaniers, les denrées alimentaires issues d’une production durable et du commerce équitable devraient obtenir des avantages concurrentiels par rapport aux denrées alimentaires produites en masse dans des plantations agro-industruelles et des fabriques d’animaux. Ainsi, la consommation suisse encouragerait une production sociale et écologique à l’étranger. Toutefois, SWISSAID demande que lors de la mise en oeuvre de cette initiative, les paysannes et paysans des pays en développement soient soutenus dans leur reconversion vers des méthodes de production plus durables.

La récolte de signatures se poursuit encore jusqu’à fin novembre 2015. Selon les informations du secrétariat des Verts, l’initiative est en bonne voie pour atteindre les 100‘000 signatures nécessaires.

«Pour la souveraineté alimentaire – l’agriculture nous concerne toutes et tous»

L’initiative „Pour la souveraineté alimentaire – l’agriculture nous concerne toutes et tous“ a été lancée par le syndicat agricole suisse Uniterre. Elle demande l’application en Suisse du principe de souveraineté alimentaire, tel que compris par le mouvement «La Via Campesina» en Amérique du Sud.

Que signifie concrètement l'initiative d'Uniterre

L’initiative pour la souveraineté alimentaire demande une réorientation complète de la politique agricole helvétique. Elle demande que la Suisse mette davantage l’accent sur une production (agro)écologique, sociale, diversifiée et local, orientée vers les besoins de la population et des productrices et producteurs suisses. Le marché international resterait un élément de cette politique, mais pas son but premier. Par conséquent, les subventions à l’exportation doivent être supprimées, car elles conduisent à un dumping des prix dans d’autres pays. Pour les denrées alimentaires importées, l’initiative prévoit des droits de douane et une régulation des volumes d’importation qui protègent la production locale, écologique et sociale. Les importations problématiques d’aliments pour les animaux sont également comprises dans la réglementation. Les échanges commerciaux directs entre paysans et consommateurs, les structures de commercialisation régionales ainsi que les organisations paysannes doivent être soutenus par la Confédération. La position de l'initiative envers les plantes et les animaux génétiquement modifiés est aussi très claire : ils doivent être interdits.  

La récolte de signatures se poursuit jusqu’en mars 2016. Début septembre, 60'000 signatures ont déjà été récoltées.