Famine et Agriculture

country-map
Dans les pays du Sud, 80 % environ des habitants vivent de la terre et 300 millions de familles paysannes assurent les quatre cinquièmes de la production vivrière. Et pourtant, ce sont surtout les régions rurales qui souffrent de la faim et de la malnutrition. La raison principale: une politique agricole qui encourage l'unilatéralité de l'économie d'exportation et la grande industrie.

SWISSAID soutient les familles de petits paysans et les organisations engagées dans la défense de leurs droits et la recherche de solutions écologiques, adaptées aux réalités locales. Les populations doivent avoir la possibilité d'assurer elles-mêmes leur souveraineté alimentaire, fortes de leurs savoir et savoir-faire ancestraux. SWISSAID soutient ses partenaires dans leurs efforts visant à améliorer leurs méthodes d'exploitation agricole, pour élever du bétail, constituer des banques de microcrédit autogérées et construire des systèmes hydrauliques destinés tant à la distribution d'eau potable qu'à l'arrosage.

SWISSAID met un accent particulier sur le maintien et la promotion de la biodiversité. Celle-ci garantit le développement de plantes et d'animaux utiles et protège les récoltes contre les destructions massives dues aux insectes nuisibles et aux maladies entre autres. C'est pourquoi elle remet en question les procédés de la biotechnologie, en particulier le génie génétique qui conduit à long terme à une disparition de la biodiversité et à une dépendance croissante des populations à l'égard de l'industrie agroalimentaire. Une dépendance qui contredit les trois principes directeurs de SWISSAID : autodétermination, autonomie et durabilité.

La cardamome, une alternative au café
Des cultivateurs de café en Colombie trouvent dans la cardamome une alternative pour sortir de la misère dans laquelle les plonge la culture de café dont les cours se sont effondrés.
De l’eau pour produire bio
Les jardins potagers gagnent toujours plus de terrain sur les monocultures de maïs dans la province de Bolívar en Equateur. Et ce grâce à la construction d’un système d’adduction d’eau et des formations en agriculture écologique appuyées par SWISSAID.
Riziculture bio: réussir ensemble
Sur la côte pacifique de la Colombie, la vie est marquée par la pauvreté, la violence et la malnutrition. Mais le passage à l’agriculture bio offre une lueur d’espoir.
Des arbres fruitiers pour faire face au changement climatique
Lorsque la pluie tarde à venir, la récolte est menacée, et la vie même des paysans est en danger. Des petits producteurs qui vivent dans l’arrière-pays montagneux de Matagalpa, au Nicaragua, font preuve d’une grande créativité lorsqu’ils cherchent des solutions pour affronter le changement climatique.
Nicaragua: la pire sécheresse depuis 32 ans menace les familles paysannes
Ce pays d’Amérique centrale est frappé par l’une des pires sécheresses de son histoire. Les bénéficiaires de SWISSAID vivent dans des régions touchées par cette catastrophe. Un projet d’aide d’urgence permet de leur apporter un certain soulagement.
Nouvelle méthode de riziculture : les efforts récompensés
Améliorer la riziculture par des moyens simples permet de beaucoup progresser dans la lutte contre la faim. Au Myanmar, les paysans sont sur la bonne voie pour y parvenir.
Un marché qui jette un pont entre ville et campagne
Flâner, rencontrer des gens, faire des achats, déguster des spécialités régionales: deux fois par mois, les paysannes et paysans des hauts plateaux colombiens se rendent à Bicaramanga pour apporter aux citadins les produits frais de la campagne. Et, entre eux, des liens se créent.
„Les cochons d'Inde ont changé ma vie!“
Les cochons d'Inde ne sont pas l'unique solution pour améliorer les conditions de vie des familles paysannes en Equateur. Mais ils y jouent un rôle important.
L’agriculture biologique enseignée dans les champs
Dans les «champs écoles» pilotés par des organisations partenaires de SWISSAID, des milliers de paysans ont appris sur le terrain, exemples concrets à l’appui, avec quelles méthodes de culture biologiques ils pouvaient améliorer leurs récoltes. Une partie du matériel d’enseignement est fourni par l’Institut suisse de recherche de l’agriculture biologique (FiBL).
Petits crédits pour les jeunes: une lueur d’espoir à l’horizon
Une vie de pauvreté sans aucune perspective – ça, c’était avant. Pour les jeunes du Nicaragua qui ont obtenu de petits crédits de la part de SWISSAID et qui ont pu entreprendre des activités rémunératrices, le futur s’éclaircit soudain.
En Birmanie, mobilisation en faveur des forêts
Au Myanmar (Birmanie), seuls les «Community Forestry Certificates» protègent les peuples vivant dans la forêt des expropriations arbitraires. Mais pour obtenir un tel certificat, il faut surmonter de nombreux obstacles bureaucratiques.
L’agriculture bio pour sortir de la spirale de l’endettement
En 2014, l’Année Internationale de l’Agriculture Familiale proclamée par les Nations Unies rejoint le travail mené par SWISSAID, qui apporte son appui à des familles paysannes indiennes, pour leur permettre de vivre du travail de la terre, en se convertissant à l’agriculture biologique.
Meilleurs projets en faveur des paysans pauvres: notre partenaire en Inde a raflé un prix!
Notre partenaire indien, le Centre pour l’agriculture durable de Hyderabad a gagné un prix prestigieux récompensant son combat contre la faim dans les zones rurales. SWISSAID le félicite pour ce succès.
Investir dans l’avenir
A Tchad, les femmes n’ont pas droit à la parole. Pourtant, la survie de leur famille dépend en grande partie d’elles. SWISSAID encourage l’initiative privée et peut déjà se targuer de quelques succès.
L'oignon bio, une excellente recette pour vaincre la faim
La situation est paradoxale: les oignons poussent facilement en Guinée-Bissau. Mais sur les marchés, on trouve avant tout des oignons importés du Sénégal ou des Pays-Bas. Les cultiver sur place permet pourtant de créer des emplois, de générer des revenus et de lutter efficacement contre la faim.
Un pesticide à base d’ail et de savon
Paradoxe: les petits producteurs nourrissent la planète, mais ce sont aussi eux les premières victimes de la faim. Des formations en agriculture bio permettent de remédier à cette situation. Avec le soutien de SWISSAID, l’organisation TOAM initie les paysans de la région de Mtwara en Tanzanie aux méthodes de culture écologiques.
«Les crises se pendent à nos basques»
De plus en plus d’habitants et de moins en moins de nourriture: le constat est effrayant. Mais les habitants de Birni N’Gaouré au Niger ne se laissent pas abattre. Grâce au soutien de SWISSAID, ils mènent une contre-offensive – et améliorent pas à pas leur existence.
Comment financer la décentralisation au Niger? En taxant le bétail.
Sans impôts, pas de ressources communales pour aménager des infrastructures publiques. Un problème que les autorités de la commune de Koygolo ont résolu. Grâce au soutien de SWISSAID.
A Koumra, le commerce de savon à base de karité marche comme sur des roulettes
Dans les régions les plus pauvres du sud du Tchad, de nombreuses femmes gagnent leur vie en récoltant les noix de karité. SWISSAID aide neuf coopératives à fabriquer du savon et du beurre de karité et à multiplier ainsi leurs bénéfices.
Sortir de la spirale de l’endettement
Dans la région de Vidarbha, en Inde, de nombreux paysans sont endettés jusqu’au cou et n’ont plus aucune perspective d’avenir. Les coûts élevés de la culture de leurs produits ainsi que le changement climatique les poussent au bord du gouffre. La possibilité de se tourner vers l’agriculture biologique apporte un véritable soulagement aux paysans, à leurs terres et à leur porte-monnaie.
Des haricots peu ordinaires
Grâce à des banques de semences et au savoir local, des familles de paysans garantissent non seulement leur propre alimentation, mais aussi la diversité biologique.
«Pachamama est généreuse – quand on la traite bien!»
Pachamama, „terre mère“ personnifiée et déesse de la fertilité, est très vénérée dans les Andes équatoriennes. Elle accorde la vie de nombreuses façons, par exemple sous la forme de récoltes abondantes. Mais, pour cela, les paysans doivent chérir et soigner les sols. SWISSAID les y aide.
Les petits pois et les haricots ne comptent pas pour des peanuts!
Les trois quarts des habitants de Tanzanie sont paysans. Toute leur existence dépend des récoltes. Les familles paysannes de Masasi améliorent leur quotidien grâce à la culture des légumineuses qui leur garantit nourriture et revenu.
Sortir de la misère en élevant des poules
A Nanyumbo, dans le sud de la Tanzanie, les plus pauvres tentent de s’en sortir en élevant des poules, et ne se laissent pas décourager, même lorsqu’ils rencontrent des difficultés.
En Guinée-Bissau, l’agriculture bio rend les terres fertiles
SWISSAID forme à la production d’engrais organique des paysans bissau-guinéens, qui récupèrent ainsi des terres inutilisées, tout en préservant les forêts.
Une start-up andine qui n’a rien de provincial
Un petit stand au marché du village, avec toujours la même offre? Ça, c’était avant. Aujourd’hui, les petits paysans et paysannes des hauts plateaux équatoriens écrivent des business plans et se regroupent pour vendre leurs produits écologiques jusque dans la capitale.
Les bananes naines bio ont la cote
La classe moyenne urbaine de Buenaventura, Colombie, qui s’approvisionne dans les supermarchés, raffole des «bananitos». Ces fruits savoureux sont cultivés non loin de la ville, par de petits paysans précurseurs qui s’assurent ainsi un avenir meilleur.
Afin que le travail porte ses fruits
La population rurale de l’État de Kachin en Birmanie n’a pas la vie facile: les terres produisent peu et le piège de l’endettement se referme sur les petits agriculteurs. Des paysans et paysannes racontent comment ils s’en sont sortis grâce à SWISSAID.
Heureux événement dans l’étable: des porcelets font la joie des familles
Le conflit entre l’armée birmane et l’armée pour l’indépendance kachin (KIA) complique la mise en œuvre des projets de SWISSAID au nord de la Birmanie. Mais il y a une lueur d’espoir: grâce à un projet d’élevage couronné de succès, de plus en plus de familles bénéficient d’un nouveau moyen de subsistance.
Une banque de riz pour sortir de l’endettement
En une année, grâce à l’appui de SWISSAID, les dettes ont fondu, tandis que la sécurité alimentaire et les conditions de vie se sont nettement améliorées.
Pas d’eau potable sans respect de l‘environnement
Les familles paysannes des Andes souffrent de malnutrition parce que leurs modestes champs produisent trop peu. Les méthodes d’agriculture écologique modernes, l’irrigation et la protection des hauts plateaux leur procure un avenir meilleur.
Sans irrigation, pas de récolte
Dans l’une des régions les plus pauvres de l‘Équateur, dans la province de Chimborazo, des paysans construisent des systèmes hydrauliques avec le soutien de SWISSAID. Ils renoncent à la monoculture et misent sur la biodiversité.
Une entreprise ou un emploi?
Sur la côte pacifique de Colombie, des jeunes vivant dans des conditions extrêmement difficiles tentent, avec l’aide de SWISSAID, de se construire un avenir meilleur.
Les céréales du succès
Depuis des années, la pauvreté, la sécheresse et l’érosion des sols contraignent de nombreux paysans à fuir vers les villes, tandis que leurs femmes et leurs enfants restent au village. Toutefois, plutôt que de se cacher la tête dans le sable, ils se sont unis pour fertiliser le désert. Un projet qui fait école.
L’espoir pousse sur les plantations d’ail
Dans les régions éloignées de l’État Shan, on ne ressent guère les effets de la croissance économique du Myanmar (Birmanie). Voici les exemples de deux projets de SWISSAID qui améliorent la vie quotidienne de la poipulation de l'Etat Shan.
Un moulin à lentilles permet d‘augmenter le revenu de 2000 foyers indiens
La politique agricole indienne, qui se concentre sur les denrées d’exportation, a brisé une multitude de petits paysans de la région de Vidarbha. Le passage de la culture biologique aux produits transgéniques a précipité quelque 50'000 paysans dans le piège de l’endettement. Désormais, YUVA, une organisation partenaire de SWISSAID, souhaite augmenter leurs revenus et étendre le marché pour leurs produits agricoles, grâce à un moulin à lentilles.
Produire du miel est une chose, savoir le commercialiser en est une autre !
En Colombie, le miel est fréquemment coupé avec du sucre. Une communauté appuyée par SWISSAID produit un miel bien meilleur. Reste à le faire connaître pour pouvoir le vendre à bon prix.
Des abeilles et du bambou pour les plus démunis
Bien qu’elles possèdent en moyenne de 2,8 hectares de terre, de nombreuses familles paysannes du Nicaragua s’assoient devant des assiettes à moitié vides. Jour après jour, le coût élevé de la production, les fluctuations de prix et le changement climatique menacent leur existence.
Une culture diversifiée permet d'échapper à la faim
Le paysan Pablo Cruz et sa famille ont enfin assez à manger, grâce à l'agriculture bio et leur engagement sans faille.
L'agriculture bio contre la violence conjugale
Pourquoi les familles paysannes des environs de Jucuapa au Nicaragua sont-elles si pauvres ? Les experts expliquent cette situation par des pluies insuffisantes et la médiocre fertilité des sols. C’est là que SWISSAID intervient. En outre, notre projet vise à aider les paysannes – et par ricochet les paysans aussi – à sortir de la spirale de la pauvreté et de la violence domestique.
Un impôt sur le bétail? Pas bête du tout!
La commune nigérienne d'Harikanassou s'est munie d'un programme de développement communal réaliste. Mais pour le mener à bien, il est nécessaire d'améliorer ses ressources financières. Ses habitants ont eu une idée simple : clôturer leur marché au bétail. Explications.
Des puits qui changent la vie
Une année la sécheresse, celle d'après les inondations. Résultat : le département Abtouyour dans la sud-ouest tchadien n'a pas eu de bonnes récoltes en deux ans. Des familles paysannes ont été préservées de la famine grâce à des puits irrigant des potagers. Un moyen de lutter contre la faim que SWISSAID souhaite apporter à plus de familles de la région.
Un jardin potager à la lisière du désert
Mieux exploiter une plus grande surface de terre – tel est l’objectif de l’organisation UHL au Tchad. Les idées courageuses, comme la culture des légumes, sont encouragées. En collaboration avec SWISSAID, l’organisation soutient ses membres pour l‘acquisition de semences, de microcrédits et de savoir-faire pour l’agriculture et la pharmacie vétérinaire.
L'or vert des communautés rurale de Bafatá
La Guinée-Bissau est recouverte au deux-tiers par une forêt dense. Une richesse naturelle en apparence illimitée. En apparence seulement, comme l'ont bien compris des communautés rurales de la région de Bafatá.